Tag Archives: Reconversion

La formation professionnelle (2) : le bilan de compétences

5 Mar

De nos jours, on se retrouve de plus en plus souvent devant la nécessité de changer de métier, d’emploi ou d’entreprise. Comment faire face à ces changements ? Tous les métiers évoluent et les perspectives de carrière avec. Le bilan de compétences est un outil au service de sa carrière et de ses aspirations. C’est un premier pas vers une reconversion professionnelle.

« Le bilan de compétences permet à un salarié d’analyser ses compétences professionnelles et personnelles ainsi que ses aptitudes et motivations. Cette mesure vise à définir un projet professionnel et le cas échéant, un projet de formation. Les résultats du bilan peuvent éventuellement permettre à un salarié d’évoluer dans son travail ou de changer d’activité. » (source  site Droit-finances.fr – nouvelle fenêtre)

  • Pourquoi faire un bilan de compétences ?

Démarche individuelle et totalement volontaire, il a pour but de mieux se connaitre pour gérer et planifier sa carrière. Il ne peut être réalisé sans le consentement du salarié concerné et est réglementé par le Code du Travail. (Réglementation du bilan de compétences – nouvelle fenêtre).

On peut réaliser une bilan de compétences pour faire le point sur ses aptitudes et son parcours professionnel, même si l’on n’a pas envie de changer de métier. C’est l’occasion d’oser reconnaître ses points fiables ou lacunes pour en tirer parti ou pour y remédier, d’affiner ses ambitions et d’évaluer ses possibilités. Cet outil est indispensable pour tous ceux qui envisagent une reconversion professionnelle, de nouvelles perspectives d’emploi.

L’entreprise peut aussi proposer au salarié de faire un bilan de compétences en vue d’une mobilité interne ou d’une évolution de carrière. En cas de licenciement économique dans une entreprise de moins de 1 000 salariés, l’employeur est obligé de proposer un congé de reclassement (nouvelle fenêtre) qui inclut un bilan de compétences.

S'orienter après la 3ème ou la Snde

  • Qui peut en bénéficier ? Tous les salariés, demandeurs d’emploi et travailleurs indépendants.

Pour obtenir un bilan de compétences :

→ En CDI, le salarié doit justifier au moins de 5 ans d’activité, dont 12 mois au sein de la même entreprise.

→ En CDD, le salarié doit justifier de 24 mois de travail, consécutifs ou non, au cours des 5 dernières années, dont 4 mois consécutifs au cours des 12 derniers mois.

Les demandeurs d’emploi peuvent demander à Pôle emploi, ou à l’APEC ou à Cap emploi, de bénéficier d’un bilan de compétences. Si ce dernier est adapté à ses besoins, il pourra être pris en charge par la commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR).

Tous comme les salariés du privé, les fonctionnaires et les travailleurs indépendants peuvent en bénéficier.

  • Le bilan de compétences peut se réaliser :

– Dans le cadre du CPF (Congé professionnel de formation) auprès des OPACIF (Organismes paritaires Agréés du Congé Individuel de Formation). La demande est faite sans aucune démarche auprès de son employeur sauf si le salarié souhaite réaliser le bilan pendant son temps de travail. Ce dernier peut bénéficier d’une autorisation d’absence. Pour créer un dossier de formation, il faut se connecter sur le site moncompteformation (nouvelle fenêtre). Le code du bilan de compétences est le 202. Tout actif peut utiliser son CPF pour obtenir son financement. La prise en charge financière se fait par un OPACIF.  (Pour en savoir plus, consulter le site bilan de compétence (nouvelle fenêtre).

– Dans le cadre d’un plan de formation : à l’initiative de l’entreprise, et avec l’accord obligatoire du salarié, une convention doit être conclue. Le bilan et la rémunération du salarié sont à la charge de l’employeur.

  • Les étapes du bilan de compétences :

Le bilan se déroule dans un organisme agréé garantissant la confidentialité de la démarche. Les organismes sont à disposition du salarié pour le renseigner. Il faut alors s’adresser aux CPIR (nouvelle fenêtre)

La durée du bilan est de 24 heures réparties sur plusieurs mois. Il se déroule en 3 étapes :

  1. La phase préliminaire : définit et analyse les besoins de la personne
  2. La phase d’investigation : analyse et évalue les motivations, les compétences et aptitudes professionnelles et personnelles, afin de cibler des pistes d’évolution.
  3. La phase de conclusion : résultats du bilan avec remise d’un document de synthèse. Le bilan reste confidentiel.

Pour en savoir plus :

Faire un bilan de compétences 2020 : comment et pourquoi ? site Reconversionprofessionnelle.org (nouvelle fenêtre)

Bilan de compétences site Ministère du Travail (nouvelle fenêtre)

Qu’attendre d’un bon bilan de compétences ? – Le Particulier 01/02/2020 – Article à consulter sur le site de La Médiathèque de Levallois, Presse en ligne, avec son identifiant et mot de passe.

Droit de la formation prfessionnelle Faire soi-même son bilan de compétences

La reconversion professionnelle en 2018 : quoi de neuf ?

4 Oct

Selon une étude réalisée par Odoxa en 2017(nouvelle fenêtre), 85% des Français seraient favorables à une reconversion professionnelle. La plupart d’entre eux est d’avis qu’il est bon de changer de métier au moins une fois dans sa vie et juge la reconversion comme une opportunité plutôt que comme une contrainte liée au chômage. B.R.E.F. s’est penché sur la question.

Changer de carrière professionnelle attire de plus en plus de Français. La preuve : 50% des actifs auraient déjà changé de métier au moins une fois dans leur vie (dont 60% des 50-64 ans) et le reste de la population est deux fois plus tenté par l’opportunité (32% des actifs pourraient « changer de métier sans que l’occasion ne se soit pour le moment présentée ») tandis que 17% affirment qu’ils ne pourraient pas changer de métier.

Du côté de la formation professionnelle, ce qui va changer :

Tout d’abord la réforme de la formation professionnelle, prévue par le gouvernement, a pour objectif de simplifier un système devenu trop complexe et de donner la liberté à chacun de choisir sa formation et de se former quand il le souhaite.

« Parce qu’aujourd’hui, souligne Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, notre système de formation professionnelle n’est pas juste et aggrave l’inégalité des chances. Les ouvriers ont deux fois moins de chance d’être formés que les cadres, les salariés des TPE-PME ont deux fois moins de chance que ceux des grandes entreprises. » 

  • Ainsi le gouvernement va faire évoluer le compte personnel de formation (CPF) (nouvelle fenêtre) afin qu’il soit consolidé comme « un droit personnel » et qu’il soit surtout beaucoup plus pratique. L’ambition de ce CPF nouvelle génération est de former 4 à 5 fois plus de personnes chaque année. À l’heure actuelle crédité en heures, ce compte le sera en euros à partir du 1er janvier 2019.
  • Le congé individuel de formation (CIF) (nouvelle fenêtre), dispositif jusqu’à présent utilisé pour évoluer professionnellement et/ou se reconvertir avec une formation de longue durée, laissera place au CPF de transition à compter de cette même date.
  • La réforme prévoit également la mise en place d’une appli web qui simplifiera l’accès à la formation. Cette application CPF permettra d’identifier une formation et de s’y inscrire directement. Elle devrait être exploitable à la rentrée 2019.
  • Le Conseil en évolution professionnelle (CEP), mis en place depuis 2015, est un service gratuit qui permet aux salariés, demandeurs d’emploi, indépendants, artisans… de faire le point sur leur carrière professionnelle. Il permet de bénéficier de conseils personnalisés pour changer de métier, évoluer dans son entreprise… Ce dispositif d’accompagnement est renforcé avec la nouvelle loi du 1er août 2018 votée par le Parlement (nouvelle fenêtre).

La loi Avenir professionnel (nouvelle fenêtre) (article du blog du 13 septembre 2018) élargit les droits à l’assurance chômage en cas de reconversion :

« Après une démission pour reconversion professionnelle, les salariés pourront percevoir l’allocation d’assurance chômage dès le 1er janvier 2019. Conditions : démissionner en ayant un projet de création d’entreprise (nouvelle fenêtre) ou de reconversion professionnelle (nouvelle fenêtre) qui nécessite le suivi d’une formation. Ce projet devra être obligatoirement validé par une commission paritaire interprofessionnelle régionale. » (source: article du 31 août 2018 publié sur le site StudyramaPro.com)

 

              changez de vie professionnelle 

 

Changer de métier, c’est possible !

16 Nov

Qui n’a pas rêvé ou a été dans l’obligation de changer de métier et se reconvertir dans un autre domaine d’activité ? Véritable phénomène de société, la reconversion professionnelle a déjà touché de nombreux Français. Selon un étude de Pôle emploi réalisée en 2014, un demandeur d’emploi sur trois se réoriente professionnellement pour trouver du travail.

Il y a 50 ans, lorsque l’on entrait dans une entreprise ou dans tout autre secteur d’activité, on y restait. Cela n’est plus vrai en 2017. Lancé en 2014, le salon Nouvelle Vie Professionnelle (nouvelle fenêtre) s’adresse à toutes celles et ceux qui doivent ou ont envie de changer de métier, de secteur, de statut ou d’horizon, et se tiendra à Paris le 23 novembre 2017, Porte de La Villette.

Cet évènement propose :

  • Un salon grand public organisé en six thématiques : Faire le point / S’informer / Se former / Se financer / Devenir indépendant / Créer, reprendre une entreprise. Un focus sera fait sur la VAE (Validation des Acquis de l’Expérience) : la VAE permet d’obtenir un diplôme, titre ou certificat de qualification professionnelle grâce à son expérience. Avec ce dispositif, il est tout à fait possible d’obtenir un diplôme sans retourner à l’école. Depuis le 1er octobre 2017, de nouvelles règles s’appliquent à la VAE (nouvelle fenêtre). Le salon offrira aussi la possibilité d’ouvrir un CPF (Compte personnel de formation) en direct avec l’aide de conseillers du Ministère du Travail. Pour savoir comment fonctionne le CPF, vous pouvez consulter l’article Le compte personnel d’activité sur ce blog.
  • Une journée portes ouvertes dans 160 villes en France : différentes structures comme les centres Afpa, Fongecif, Universités, organismes de formation, agences Pôle emploi, accueilleront le public pour présenter leurs services et leurs ressources.
  • Une plateforme Nouvelleviepro : lancé en novembre 2016, ce site web offre une mine d’informations sur la mobilité et la reconversion. On y trouve des conseils de professionnels, des tests en ligne, des questionnaires, des outils de simulation de financement pour créer son entreprise, des dossiers (nouvelle fenêtre), des témoignages, des informations sur les métiers ou les formations…
  • Le salon sera précédé d’un colloque destiné aux professionnels de la mobilité, de la formation et des RH. Au programme : L’apport des start up RH dans le processus de mobilité. Les bonnes pratiques des entreprises.

Témoignages en vidéo de reconversion professionnelle :

Changer de vie professionnelle et prendre un nouveau départ reste un projet qui demande réflexion et nécessite de s’informer. Voici une sélection de quelques ouvrages qui pourront vous être utiles :

 

Enregistrer

%d blogueurs aiment cette page :