Tag Archives: Numérique

La cyber-sécurité : des milliers d’emplois d’ici 2020

22 Mar

images

 

Le numérique occupant une place grandissante dans notre société, les cyberattaques sont de plus en plus importantes, tant en nombre qu’en intensité. Une problématique (nouvelle fenêtre) qui touche les entreprises françaises, notamment les plus importantes d’entre elles qui sont obligées de prendre des mesures de sécurité face aux nouveaux risques. Innovation technologique, Big data, protection des données, lutte contre le cyber-terrorisme… autant de points qui les obligent à intégrer et développer en interne une expertise cyber-sécurité ou de recourir à des prestataires ou fournisseurs externes d’où le besoin grandissant d’experts dans ce domaine.

RTEmagicC_CYBERSECURITE_logo_et_cubes_PNG

Quelles compétences pour devenir un Expert Cybersécurité ?

Les métiers en matière de cyber-sécurité nécessitent une formation informatique spécialité Réseaux souvent de haut niveau. En effet, l’expert  doit avoir de solides connaissances des concepts et techniques d’architecture des systèmes et réseaux qu’il met à jour en permanence tout en essayant de déceler les futures menaces technologiques. Disponible et réactif, il doit être capable de gérer son stress et d’analyser rapidement les situations en cas de crises.

Quels sont ces métiers de la cyber-sécurité ?

Encore méconnus, ces métiers couvrent un large champ d’activités et de compétences.

Ils sont répartis en 5 grandes familles

22-Cyber1

Quelles formations ?

  • Les licences professionnelles qui préparent principalement aux familles de métiers suivantes : maintien en condition  et conseil ; audit et expertise en sécurité.
  • Les formations de niveau master qui permettent également aux étudiants de s’orienter vers des métiers de la famille du conseil, audit et expertise en sécurité ainsi qu’à l’ organisation de la sécurité et gestion des données.
  • Les formations de type ingénieur qui ont tendance à former des professionnels pour les familles de métiers suivantes : management de projets de sécurité et cycle de vie de la sécurité; mais aussi conseil, audit et expertise en sécurité ; pilotage, organisation de la sécurité et gestion des risques.
  • Enfin, les mastères spécialisés dont les cursus permettent une orientation vers l’ensemble de ces métiers.

Ces formations sont en général des formations longues très souvent proposées en alternance allant de la licence professionnelle aux mastères spécialisés. Elles délivrent des diplômes d’ingénieur : sécurité des systèmes d’information, management de la sécurité des systèmes industriels et des systèmes d’information… et sont  principalement dispensées dans les établissements d’enseignement supérieur.  Si la problématique de la sécurité  informatique est abordée tout au long des différents cursus, une vraie  spécialisation pour prétendre au titre d’expert en  cyber-sécurité est proposée en toute fin de cursus par le biais d’options spécifiques → Bac + 5 ou 6. Notons qu’il existe malgré la demande, encore peu d’établissements proposant ces mastères spécialisés, accessibles après un Bac+5 (nouvelle fenêtre).

 

 

Face à l’urgence et parce que plusieurs études ont montré que les pratiques de cyber-sécurité sont méconnues du grand public, l’Anssi (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) propose sur Internet une formation cybersécurité, SecNumAcadémie (nouvelle fenêtre) gratuite en ligne accessible à touimagess. Grâce à ce MOOC, les utilisateurs pourront apprendre et assimiler des notions de base de la sécurité des systèmes d’information (SSI) utiles au travail comme à leur domicile.

 

Elle propose également un programme de labellisation de formations, SecNumedu (nouvelle fenêtre), ouvert à tout établissement d’enseignement supérieur répondant à un des critères ci-après :

  • Les formations universitaires délivrant un grade de Licence ou Master.
  • Les formations d’ingénieur dont le diplôme est reconnu par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI).

secnumedu

Publicités

Les études de l’informatique, du web et du multimédia

11 Déc

Le développement d’Internet dans tous les domaines de la vie personnelle et professionnelle accroît les opportunités de travail pour les informaticiens. Le secteur de l’informatique est un secteur dynamique à forte évolution technologique qui ouvre de très belles perspectives pour les jeunes.

Avec plus de 50 000 postes à pourvoir en 2018, le numérique est l’un des secteurs qui recrutent le plus (nouvelle fenêtre) en France. Les jeunes diplômés y sont très recherchés ; plus de 190 000 postes seraient à pourvoir d’ici à 2022.

L’émergence du commerce en ligne, des smartphones, des réseaux sociaux… crée de nouveaux métiers dont les entreprises ont besoin. Les secteurs des méga-données (big data), du cloud computing, de la cybersécurité, des objets connectés peinent à trouver des compétences. D’où le besoin de développer des formations spécifiques. Les métiers de l’informatique intéressent de plus en plus les entreprises. Elles ont besoin de personnels qualifiés que ce soient dans les réseaux, les télécommunications, le développement.

Les écoles du Web évoluent constamment, de nouvelles formations sont créées chaque année, de nouveaux métiers de l’Internet apparaissent. Il est difficile pour un étudiant de se repérer pour savoir quelle formation choisir pour tel ou tel métier.

Les métiers du Web sont divers et transversaux : 200 formations proposées de bac à bac + 5. Les BTS, DUT, licences pro, masters ou diplômes d’écoles informatiques sont très nombreux.  Une multitude de choix d’études s’offrent aux étudiants. Pour bien choisir la formation la mieux adaptée à ses envies, l’Espace Jeunesse de Levallois propose une conférence sur Les études informatique, web et multimédia (nouvelle fenêtre) jeudi 14 décembre 2017 à 18h30.

Les métiers de l’informatique peuvent être répertoriés en trois grands domaines :

  • Concevoir et développer
  • Gérer et piloter
  • Installer et assister

Les principales débouchés se situent dans les ESN (Entreprises de services du numérique) pour des postes de conseil en organisation et d’intégration de logiciels. Les banques, les usines, les administrations cherchent aussi à recruter des spécialistes en informatique pour la sécurité et la maintenance de leurs systèmes.

Quelques métiers à découvrir :

  • Bionaute (nouvelle fenêtre) : à la fois informaticien et biologiste, le bionaute est un spécialiste en biologie et détient des compétences informatiques lui permettant d’analyser les données grâce aux programmes informatiques. Le bio-informaticien travaille dans de très gros laboratoires pharmaceutiques ou de recherches génétiques comme Généthon, institut de biothérapie.
  • L’E-sportif ou pro-gamer (nouvelle fenêtre) : c’est un sportif de haut niveau dont le terrain est virtuel. Il travaille sur des jeux vidéo de compétition tels que League of legends, Just dance…L’E-sport connait un boom dans le monde entier.
  • Responsable e-commerce / m-commerce (nouvelle fenêtre) : il doit définir la stratégie marketing et commerciale des produits vendus en ligne et sur les plateformes mobiles. Spécialiste des nouvelles technologies, il a pour mission de développer le chiffre d’affaires des ventes en ligne et sur mobile de son entreprise.
  • L’UX Designer (nouvelle fenêtre) : l’user experience (UX) conçoit et améliore les interfaces numériques en collaboration avec les graphistes, les développeurs, et les chefs de produit en appliquant une démarche centrée sur l’utilisateur.

Pour approfondir le sujet :

Les métiers de l'informatique Onisep

Les métiers des technologies de l'information

Ça s’est passé le… 29 juin

29 Juin

Le 29 juin 2007, le tout premier iPhone était commercialisé aux États-Unis, marquant le lancement de l’internet mobile. Dix ans après, le smartphone a bouleversé nos usages et toute l’économie du numérique. Il représente un réel objet d’usage quotidien indispensable. Retour sur un succès colossal mondial.

L’iPhone : l’appareil qui a bouleversé nos vies

En janvier 2007, Steve Jobs (nouvelle fenêtre), le patron d’Apple, dévoile l’iPhone pour la première fois à San-Francisco. Le smartphone est équipé d’un système d’exploitation identique à celui des ordinateurs (Mac OSX), ce qui constitue un véritable défi. Autre prouesse technologique, un écran tactile occupe toute la surface de l’appareil, et propose la technologie du multi-touch permettant d’appuyer à plusieurs endroits à la fois sur l’écran.  Ce petit accessoire à écran tactile bouleverse les habitudes, alors qu’à l’époque le marché était dominé par les téléphones à clavier, et permet à son utilisateur de surfer sur internet très facilement.

Les avantages de la première version de l’ iPhone résidaient dans le côté High-tech, dans sa simplicité et son intuitivité d’utilisation. Un design innovant, l’écran tactile multi-touch, l’apparition de grosses icônes, une messagerie vocale visuelle, une connexion permanente à internet en font un produit révolutionnaire et unique. L’ère du smartphone est ouverte. Retrouvez toutes les innovations qui ont fait le succès de l’iPhone dans l’article de 01.net (nouvelle fenêtre) du 09 janvier 2017.

En 2008, Steve Jobs lance l’ouverture de l’Apple Store. Avec l’arrivée des applications, internet devient réellement mobile. Depuis le lancement de l’Apple Store, plus de deux milliards de logiciels ont été créés. Le nombre de téléchargements dépasse les 130 milliards pour un CA d’environ 60 milliards de dollars.

L’iPhone en quelques chiffres :

646 milliards de dollars de revenus tirés des ventes depuis 2007.

233 milliards de dollars de CA pour Apple en 2015.

Plus de 1 milliards d’iPhone vendus depuis 2007.

15 modèles différents d’iPhone ont été commercialisés depuis 2007.

L’iPhone a permis a Apple de devenir l’entreprise la plus riche du monde. Pour la première fois en dix ans, les ventes sont en baisse. À savoir que l’iPhone est fabriqué et assemblé par des ouvriers dans une usine en Chine dont les conditions de travail sont qualifiées d’inhumaines. L’entreprise Taïwanaise Foxconn, le plus important sous-traitant d’Apple, a remplacé environ 60 000 ouvriers par des robots en 2016 (nouvelle fenêtre). Pas moins de 10 000 robots assembleraient le smartphone de la marque à la pomme. Chaque robot est capable de fabriquer 300 000 appareils par an ; cependant certaines tâches spécifiques resteront confiées à l’homme.

L’iPhone 8 est attendu impatiemment à l’automne 2017. A voir ce qu’il nous réservera comme surprise…

Des documents à retrouver à La Médiathèque :

Steve JobsSteve Jobs Le filù

iPhone 7A la découverte de son iPhone

%d blogueurs aiment cette page :