Tag Archives: Monde du travail

Un management différent

1 Nov

Le management au sein des entreprises est en évolution constante. Améliorer la productivité de ses équipes tout en garantissant leur bien-être, se trouve être un des défis de taille pour de nombreux dirigeants. Concernant le bien-être au travail, voici quelques techniques originales et/ou aternatives de management repérées par B.R.E.F. sur Internet.

  • La danse en entreprise :

C’est une pratique très répandue aux États-Unis, de plus en plus de comités d’entreprise proposent à leurs salariés des programmes « bien-être des employés » et « travailleur heureux ». Et la danse en fait partie, c’est ce que nous apprend l’article Danse et Happy Worker publié le 16/05/2017 sur le site LeStudio (nouvelle fenêtre).

Ce qui fait qu’une équipe fonctionne, c’est qu’elle travaille sur la cohésion et la danse avance dans cette même direction. C’est exactement le même geste de symbiose qui s’opère en danse, notamment en couple comme la salsa : vous faites confiance à votre partenaire pour qu’il recule son pied gauche pour que vous avanciez votre pied droit, et inversement. Un exemple aussi simple que celui-ci avec l’univers de la danse qui met en évidence la confiance, et la confiance accordée à ses partenaires, essentiels pour faire bonne équipe.

  • Le Topchef-working :

Le team-building est une technique de management visant à solidifier les liens qui unissent une équipe ou un département, souvent autour d’un événement informel. Il peut s’articuler autour d’expériences communes amusantes, ludiques et/ou porteuses de sens. Il n’est pas toujours lié au domaine d’activité des collaborateurs.

La cuisine s’avère avoir de nombreuses vertus, entre autres, celles de réduire le stress et d’affirmer l’estime de soi selon l’article Manager comme un chef de Cindy Barrios publié le 11/07/2017 sur Managerattitude.fr – nouvelle fenêtre). Le team-building culinaire, derrière un aspect somme toute ludique, requiert de nombreuses compétences managériales. De la gestion de projet à la communication en passant par l’imagination et la créativité.

  • Le nude management :

« En retirant ses vêtements, on se défait de nos inhibitions, on se parle plus ouvertement, plus honnêtement ! », disait le psychologue David Taylor, spécialiste du travail en entreprise, lors du lancement du Naked Friday (voir l’article Naked friday, nu au travail pour fédérer l’esprit d’équipe d’Alexandre Roccard publié le  27/11/2015 sur Pubdecom.fr – nouvelle fenêtre), en 2009. Même si cette nouvelle tendance peut ne pas être du goût de tout le monde, l’équipe d’un web magazine de San Francisco, The Bold Italic, a accepté de tenter l’expérience durant un mois. Des réactions au départ hésitantes, puis au fil des jours la plupart ont joué le jeu.

« Un lien de confiance profond s’est tissé entre nous. Et notre productivité et notre créativité n’ont jamais été aussi fortes! », c’est ce que les dirigeants ont confié après l’expérience.

  • L’improvisation en entreprise :

Les bénéfices apportés :

  1. Une meilleure élasticité mentale (passer d’une idée à l’autre, évaluer si un concept est pertinent, réalisable)
  2. Une meilleure utilisation de l’espace et du contexte (idéal en réunion, lors de présentations client ou lors d’événementiel
  3. Le développement d’une vision créative et originale seul et en groupe (en improvisation comme en entreprise, la règle c’est d’écouter les autres)

Ainsi l’improvisation est axée sur l’exploitation de ses propres ressources, et permet de se mettre en scène. Le contexte du monde de l’entreprise peut inspirer des scènes d’improvisation : des collaborateurs émotifs, des clients versatiles, des fournisseurs mécontents… la vie réelle est une vraie source d’inspiration. Au travers de 2 à 3h d’exercices ludiques, une activité d’entreprise théâtrale va aider à donner une impulsion nouvelle à un groupe.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à recourir à l’improvisation théâtrale dans le cadre de formations comme en témoigne cet article de Clémence Boyer, Demain on improvise, publié le 12/1/2018 sur Leséchos.fr (nouvelle fenêtre).

  • Le yoga corporate :

Depuis une dizaine d’années, les entreprises les plus innovantes et puissantes du monde ont instauré des programmes de yoga et de méditation destinés à leurs cadres et salariés. Elles sont d’ailleurs souvent bien placées dans le classement des « Great Places to Work ». Avec le yoga corporate c’est le yoga qui vient à vous jusqu’à votre chaise de bureau. C’est tout le défi de Anne-Charlotte Vuccino, fondatrice de Yogist (nouvelle fenêtre) qui a développé cette méthode adaptée aux troubles musculosquelettiques et au stress lié au travail.

Découvrez la vidéo de celle qui a fait rentrer le yoga dans le monde de l’entreprise :

 

Un ouvrage à lire en ligne sur La Médiathèque en ligne :

Publicités

Procrastiner ou l’action de remettre à demain : un mal pour un bien ?

3 Sep

Le retour au travail après les congés d’été est souvent difficile. Il faut généralement un certain temps d’adaptation, qui varie de 1 à 4 jours, pour une effective reprise du travail. La rentrée est aussi l’occasion de prendre de bonne résolution. BREF s’est intéressé à une tendance qualifiée de mal du siècle ou de mauvaise habitude dans le monde du travail « la procrastination », soit l’action de remettre à demain ce que l’on peut faire le jour même.

Il nous arrive tous de repousser une tâche ou de remettre à plus tard ce qui pourrait être fait le jour même. Cela nous arrive dans notre vie privée mais aussi dans notre vie professionnelle. D’instinct, l’individu privilégie les activités qui lui procurent du plaisir et remet à plus tard celles qui l’ennuient ou lui causent des problèmes. Un phénomène connu de tous et de plus en plus courant parmi les jeunes générations, si bien qu’il existe une Journée mondiale de La procrastination depuis 2010.

Les raisons souvent évoquées qui poussent à procrastiner sont :

  • manque de confiance en soi, besoin de reconnaissance : peur de l’échec ou du succès, peur de mal faire, du jugement des autres
  • manque de motivation
  • manque d’objectifs précis
  • manque d’organisation, manque de recul, incapacité à gérer son temps
  • manque de concentration, on se laisse vite distraire
  • découragement devant l’ampleur du travail à réaliser
  • préférer travailler sous pression et dans l’urgence
  • compter sur les autres pour nous épauler

⇒Inconvénients du procrastinateur :

  • si effectuer des tâches au dernier moment permet de fuir momentanément une situation inconfortable, elle est source de stress, car c’est remettre à plus tard des tâches inintéressantes ou compliquées. Cela génère de l’anxiété et de la culpabilité car l’individu prend conscience du retard accumulé dans son travail.
  • cette habitude a un impact sur le bien-être et la performance.
  • le procrastinateur est perçu comme celui qui perd son temps, celui qui repousse les tâches à plus tard ; il est perçu comme le travailleur improductif et inefficace, incapable de gérer son temps.
  • procrastiner est synonyme de paresse et de tire-au-flanc

⇒ Avantages du procrastinateur :

  • remettre une tâche à plus tard permet d’être plus efficace ; en faisant des pauses dans une activité difficile demandant de la concentration est souvent bénéfique.
  • procrastiner permet aussi d’être plus productif et plus créatif ; en prenant le temps de réfléchir ou de trouver des idées, de l’inspiration pour réaliser un projet.
  • diminuer le stress, voire le burn-out.
  • prendre de meilleures décisions
  • prendre du temps…

L’éditeur David d’Equainville, fondateur de la Journée mondiale de la procrastination, la définit comme « une défense immunitaire face à une société rude où tout va extrêmement vite, un moyen de se défendre des assauts du monde contemporain ».

Nous terminerons cet article avec cette citation de l’artiste sculpteur Constantin Brancusi :

Les choses ne sont pas difficiles à faire, ce qui est difficile c’est de nous mettre en état de les faire.

Et si cela peut nous rassurer, nous sommes tous des procrastinateurs en puissance ! Car nous sommes (encore) des humains et non des robots !

Pour en savoir plus sur le sujet :

J'arrête de procrastiniser   La procrastination

 

 

 

 

 

Bonne rentrée !

« Prendre le large » de Gaël Morel..

25 Juin

..un film sur la délocalisation d’entreprise.

 

Sandrine Bonnaire incarne une ouvrière dans le textile qui se voit licenciée. On lui propose de partir au Maroc, à Tanger, pour continuer à travailler pour son employeur. Elle accepte sans hésiter, sa vie en France lui pèse et elle est sans attache. Elle prépare son départ pour l’Afrique du Nord.

Prendre le large | Morel, Gaël (Réalisateur)

 

Gaël Morel filme avec beaucoup de sobriété l’existence d’Édith, désœuvrée et résignée et qui s’accroche au dernier bastion solide qui lui reste : le travail. Contrairement à tous ses collègues qui refusent cette proposition, Édith part. On la sent déterminée mais naïve.

L’univers si nouveau qu’elle rencontre à Tanger, dans le privé comme dans le professionnel l’accable parfois, mais sa résignation la fait tenir. Les conditions de travail, la pression religieuse à laquelle bien des femmes se soumettent, la renversent mais elle se relève et trouve dans l’amitié avec sa logeuse et son fils un soutien et une nouvelle famille.

Tanger apparaît comme une ville en plein essor, sous le soleil, le large Atlantique, d’un bleu franc et lumineux apparaît de manière récurrente et laisse entrevoir cet horizon possible pour Édith, malgré les obstacles.

Les personnages de ce film ont une place fort juste dans cette histoire, et montrent un réalisme très crédible. L’harmonie et l’équilibre règnent dans les jeux des acteurs et le scénario, qui déroule une histoire convaincante et subtile.

 

Pour découvrir ce film,  vous pouvez emprunter le DVD à la Médiathèque mais également en accédant à la plateforme Médiathèque Numérique sur le site de la Médiathèque en vous connectant à votre compte.

Prendre le large | Morel, Gaël (Réalisateur)

%d blogueurs aiment cette page :