Tag Archives: Management

Le reverse mentoring : quand les séniors deviennent apprentis !

12 Juin

Former ces cadres et dirigeants aux ressources numériques est aujourd’hui un enjeu majeur pour l’avenir des entreprises. Or les formations existantes demeurent coûteuses, trop théoriques et de ce fait, peu efficaces….  Une problématique que certaines entreprises semblent avoir résolue en adoptant une méthode  peu onéreuse, innovante et surtout très connectée : le reverse mentoring

Si l’on schématise, deux générations se côtoient au sein d’une entreprise : d’un côté les seniors qui finissent par être dépassés par les évolutions numériques, de l’autre les millenials (digital natives nés entre les années 1980 et 2000) ceux de la génération X et Z qui maitrisent parfaitement les outils numériques et qui posent un regard différent sur la façon de consommer et de travailler en entreprise…

Simple et efficace !

Jusqu’alors, les postes à responsabilités étaient attribués sur le principe de l’expérience et de l’âge, facteurs principaux de crédibilité…

Avec le reverse mentoring, les rôles sont inversés : ce sont les plus jeunes qui apportent leur savoir-faire aux aînés ! La méthode du reverse mentoring utilise un binôme composé d’un Mentee (cadre ou dirigeant d’entreprise), et d’un Mentor (digital native).

Capture

C’est donc le jeune recruté de par sa compréhension de l’univers digital propre à sa génération, qui  se trouve  en charge de former les cadres dirigeants aux outils numériques, aux bonnes pratiques des réseaux sociaux, aux nouveaux codes et à leurs modes de relation.

Tout le monde y gagne: séniors, juniors et entreprise !

Un système d’apprentissage réciproque et d’interactions gagnantes-gagnantes :

Le reverse mentoring permet de tisser des liens nouveaux entre tous les collaborateurs (mentor-mentoré). Cette méthode d’apprentissage apporte à tous les membres de l’équipe une meilleure confiance en soi et dans  les autres, permet une meilleure circulation de l’information et un partage élargi des compétences au sein de l’entreprise.

du-reverse-mentoring-lamlioration-continue-18-638

Une rupture majeure dans le mode de management

Avec la montée en puissance des générations X et Z en entreprise, les méthodes de  travail changent peu à peu de visage, ce qui préfigure d’un changement radical  de notre environnement socio-économique qui  met en avant les enjeux stratégiques de la génération numérique pour l’ensemble des secteurs d’activité mais aussi  les concepts d’une autre approche du travail basée sur le collaboratif  et le relationnel.  En recrutant de jeunes collaborateurs pour leur confier des responsabilités importantes,  c’est toute la matrice classique du management qui était jusqu’alors basée sur la performance individuelle et sur  la pression du résultat que l’on remet en cause.

Avec l’utilisation des nouveaux outils numériques et le nouveau regard que pose la jeune génération sur le monde de l’entreprise, ce sont la créativité, la souplesse d’esprit et d’exécution ainsi que l’épanouissement des salariés qui sont de plus en plus mis au goût du jour et qui seront à prendre en compte pour les managers de demain !

Affaire à suivre !e4aa53fd47893588b7678fcda02e16c3b1dae113_rm-infog-1

Pour en savoir plus :

Le choc générationnel

Manager la génération Y

Les études de commerce et de management

14 Déc

 

Les études de commerce et de management attirent de nombreux bacheliers. Accessibles dès l’obtention du bac, elles offrent un large choix d’options et un enseignement suffisamment généraliste qui laisse le temps de réfléchir à son projet professionnel et de tester différents secteurs et métiers avant de se spécialiser.

Comment choisir son école de commerce ?

Il existe des écoles de commerce post-bac et des écoles post-prépa.

  • Les écoles post-bac

On recense en France plus de 120 écoles de commerce qui recrutent des bacheliers. Elles proposent des formations qui se déroulent sur 3 ou 5 années et forment de futurs professionnels du management et du commerce international. Elles ont comme avantage d’établir rapidement des relations avec le monde professionnel. Les étudiants réalisent des stages au sein d’entreprises en France et à l’étranger afin d’être opérationnels dès la sortie de l’école. Mais attention ! Dans certains établissements, la qualité de l’enseignement dispensé n’est pas toujours à la hauteur de ce que l’on attend d’une école de commerce. Il est donc fort conseillé de consulter le classement des écoles de commerce édité chaque année. Toutes ces écoles sont payantes (6500€ par an en moyenne).

  • Les écoles post-prépa

Les élèves visant une école de commerce ont généralement suivi une classe prépa :  ECS (économique et commerciale option scientifique) pour les bacheliers S ; ECE (économique et commerciale option économique) pour les bacheliers ES ; ECT (économique et commerciale option technologie) pour les bacheliers STMG.

Après deux ans de travail très scolaire et des concours sélectifs, tels que Sésame, Access, Team, la prépa s’avère la voie royale pour intégrer une « grande école » comme HEC, L’ESSEC... Elles sont ouvertes aux étudiants de classe prépa, DUT, BTS, Licence ou autre.

Elles permettent d’entrer en école supérieure de commerce et s’intègrent après un concours. Elles sont ouvertes aux étudiants de DUT, BTS, Licence, Bachelor, Master.

Quels débouchés après une école de commerce ?

De nombreuses possibilités s’offrent aux étudiants, dans différents secteurs d’activité comme la vente, le management, le marketing, la finance, les ressources humaines, l’information et la communication, l’entrepreneuriat… Une Business School prépare à tous les métiers de l’entreprise. Il est possible aussi de poursuivre des études en se spécialisant et bâtir un vrai projet professionnel.

Par exemple, des cabinets de recrutement embauchent des jeunes diplômés de toute formation commerciale qu’elles forment à leurs outils . Témoignage en vidéo d’ Anaïs, chargée de recrutement :

 

etudes-commerce-management

Cliquez sur l’image

Pour en savoir plus sur les études de commerce/management, ne manquez pas la conférence du jeudi 15 décembre à 18h30  à Levallois, organisée par l’Espace Jeunesse.

 

Vous pouvez aussi emprunter ou consulter ces ouvrages à La Médiathèque :

À noter : la 12ème édition du salon Studyrama des Formations commerciales, Marketing et Communications  aura lieu le samedi 28 janvier 2017 à Paris, Espace Champerret.

L’humain au cœur de l’entreprise : les entreprises humanistes

13 Avr

Nous vivons dans une société en plein bouleversement, où la situation du travail est préoccupante, où le taux de chômage est particulièrement élevé et où la jeunesse est touchée de plein fouet par l’actualité économique. Dans ces conditions, parler de bonheur au travail semble bien illusoire.

Source Pixabay Public Domain CC0

 

Pourtant, contrairement à une idée reçue, la grande majorité des Français se disent heureux au travail, soit 75% des salariés, soit 3/4 des Français.

 

 

Jacques Lecomte, père fondateur de la psychologie positive, vient de publier Les entreprises humanistes aux éditions Les arènes.

Qu’est-ce qu’une entreprise humaniste ?

C’est une entreprise qui a la réputation de prendre soin de ses salariés, de les respecter, de se soucier de son impact environnemental et sociétal. C’est une organisation qui met les hommes et les femmes au cœur de l’entreprise au lieu de la performance.  Elle est là pour faire grandir les hommes. La confiance, la bienveillance, la motivation, la coopération, l’empathie, l’altruisme, le sens du travail sont les maîtres mots de l’entreprise humaniste. Jacques Lecomte répond aux questions de Marc Mousli, consultant et chercheur en prospective et en management, dans un entretien paru sur le site Nonfiction.

« Une entreprise humaniste s’illustre par les valeurs suivantes : la motivation par le sens donné au travail, la confiance dans les collaborateurs, le leadership serviteur, le sentiment de justice organisationnelle, la responsabilité sociétale et environnementale de l’entreprise ». Propos de Jacques Lecomte

Jacques Lecomte se base sur sa conception positive de l’être humain. A partir de multiples exemples d’expériences concrètes dans des domaines très variés, l’auteur présente des lieux qui fonctionnent bien au sein de groupes leaders et rentables avec un esprit de service. L’entreprise est avant tout un lieu de création de valeurs. Ces lieux de travail ont modifié leurs pratiques en s’engageant pour l’ environnement, ont contribué au bien-être de leurs salariés, ce qui a généré un impact positif au sein de leur organisation. Changements dans l’entreprise : les raisons d’être optimiste émission présentée par Stéphanie Gallet à écouter sur RCF radio (durée : 55 min)

Ces entreprises portent une nouvelle conception du travail.

Jacques Lecomte met en évidence les aspirations nouvelles qui montent chez les jeunes générations : cette envie d’échange d’information et de communication. Les jeunes bousculent l’entreprise qui doit faire face à des attentes nouvelles en termes de bonheur au travail et d’épanouissement. Ils aspirent à faire bouger les lignes et inventent de nouvelles façons de travailler, un nouveau type d’entreprise.  Ils expérimentent de nouvelles méthodes managériales où le souci de l’être humain passe en premier. Consulter l’article de Jean Hassenforder Vers un nouveau climat de travail dans des entreprises humanistes et conviviales.

La nouvelle génération risque de bouleverser le monde du travail dans les années à venir.  Malgré une conjoncture défavorable, 69% des 16-25 ans ont confiance en eux et leur avenir, d’après un article paru dans Le Monde Les jeunes en entreprise aspirent « à la liberté et au bonheur au travail ».

En 2025, elle représentera environ 75% des actifs dans le monde.

Pour en savoir plus :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

%d blogueurs aiment cette page :