Tag Archives: Formation professionnelle

Parenthèse Pro : le Bonheur en Entreprise

18 Juin

Parenthèse Pro est un nouveau concept de rencontre professionnelle semestrielle lancé par l’équipe du pôle de développement économique de la ville de Levallois. Le premier rendez-vous aura lieu le 26 juin 2018 de 8h15 à 12h à la Librairie Decitre du centre commercial SoOuest. Le Bonheur en entreprise est le thème retenu pour cette première rencontre.

Organisée en partenariat avec Playitagain, organisme de Formation-Théâtre d’Entreprise et la Librairie Decitre, cette édition réunira trois auteurs qui échangeront sur le thème retenu. Playitagain (nouvelle fenêtre) propose des actions de formation professionnelle, de coaching, de sensibilisation et d’animations d’évènements sous forme de saynètes de comédiens et formateurs, de vidéos, de jeux pédagogiques, d’animations ludiques, de jeux de rôles, d’interactivité entre les participants, dans le but de favoriser le dialogue.

La question du Bonheur au travail, ou appelé aussi Qualité de vie au travail (QVT),  est un sujet d’actualité de plus en plus débattu.

Avoir une vie professionnelle épanouie, le bien-être des salariés, mais aussi les risques psychosociaux (RPS) comme le stress, le burn-out, la souffrance au travail, la pénibilité, l’égalité professionnelle, autant de sujets qui font partie des principales préoccupations des entreprises.

En 2013, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) a définit la notion de QVT comme étant « les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail, et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celle-ci, déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte ». Extrait de l’ANI du 19/06/2013 relatif à la QVT (nouvelle fenêtre), l’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des conditions de travail) (nouvelle fenêtre).

Les trois auteurs invités à cette Parenthèse Pro sont :

De gauche à droite : Charlotte Ballero, Christine Barois, François Dupuy

 

À retenir :

Parenthèse Pro : le Bonheur en Entreprise
Mardi 26 juin 2018 de 8h15 à 12h / Librairie Decitre – Centre commercial SoOuest, 31 rue d’Alsace- 92300 Levallois
Inscription gratuite en ligne sur le site de la ville de Levallois (nouvelle fenêtre).

Publicités

« Démarre ta story » ou comment mettre en valeur l’apprentissage

30 Avr

 

Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, a lancé le 23 avril dernier la campagne d’apprentissage #DémarretaStory : « faite par les apprentis, pour les apprentis ». Couvreur, ingénieur aéronautique, fleuriste, cuisinier,… ils sont en apprentissage en CAP, CTS, Master et racontent leur quotidien avec #DémarretaStory (nouvelle fenêtre). Il s’agit de « faire buzzer l’apprentissage » en faisant sa promotion sur les réseaux sociaux, via les jeunes eux-mêmes et le hastag #Démarretastory (nouvelle fenêtre). Une campagne inédite et dynamique soutenue par des personnalités comme le chef étoilé et ancien apprenti Thierry Marx ou encore l’humoriste et youtubeur Pierre Croce.

C’est quoi exactement l’apprentissage?

  • il représente tous les métiers et tous les secteurs : de la boulangerie à l’aéronautique, de l’agriculture à la finance…
  • il concerne également les études longues : on peut préparer un master ou un diplôme d’ingénieur en apprentissage. On peut également commencer par un CAP puis poursuivre ses études, en faisant un brevet professionnel, un BTS, un DUT ou même un master 2, à son rythme, tout en étant rémunéré.
  • il permet à chacun de construire un parcours adapté à ses envies : en étant apprenti on peut gagner de l’argent et être plus autonome, voyager en se formant, se construire un réseau professionnel…
  • il est un tremplin pour l’emploi : très apprécié par les employeurs, l’apprentissage est un plus indéniable sur un CV.

Les 4 piliers de l’apprentissage

Choisir : l’apprentissage c’est un choix, ce n’est pas une voie qui doit être subie faute de mieux ; c’est l’excellence, l’exigence et la passion. C’est aussi une façon d’apprendre son métier directement sur le terrain, de le « tester en conditions réelles » dès le début de sa formation.
Se réaliser : l’apprentissage c’est une façon astucieuse et sûre de trouver le métier qui fera son bonheur, d’être fier et de donner envie de se lever tous les matins.
Apprendre en faisant : aucun métier ne s’apprend que dans les livres ! Travailler auprès de professionnels, c’est une chance unique d’apprendre la réalité concrète d’un métier mais aussi d’être sûr qu’il corresponde à son projet de vie.
Se former : l’apprentissage est accessible à tous, ce sont des formations du CAP au Master, dans (presque) tous les secteurs.

Le format des « stories » correspond à une nouvelle façon d’être présent sur les réseaux sociaux, particulièrement prisée par les millenials (nouvelle fenêtre) : les codes sont ceux de l’instantanéité, de l’authentique et du témoignage. C’est l’occasion aussi avec cette campagne de présenter le projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel (nouvelle fenêtre) qui sera débattu au Parlement au mois de juin, et qui comprend 20 mesures concrètes pour développer l’apprentissage sur tout le territoire, parmi lesquelles une augmentation de salaire et une aide de 500 € pour passer le permis. La limite d’âge de l’apprentissage va également être repoussée à 30 ans au lieu de 25 ans actuellement.

 

Alors tentés pour participer à #DémarreTaStory ? C’est simple un kit de communication et des éléments pour créer sa propre « story » sont disponibles en cliquant ici (nouvelle fenêtre). Ils sont tous libres de droits : chacun est invité (apprenti et ex apprenti, responsable de CFA, maître d’apprentissage, chef d’entreprise, parents, etc) à s’en emparer et à jouer avec au grès de ses envies. Il vous suffit d’avoir un compte sur un réseau social, de s’inspirer du tutoriel, de se lancer et partager sa « story » auprès de sa communauté. Et bien sûr de ne pas oublier d’ajouter le hashtag dédié #DémarreTaStory.

Devenir clown à l’hôpital : un engagement mais aussi un métier…

26 Fév

Depuis plus de 15 ans en France, plusieurs hôpitaux accueillent dans leurs services de pédiatrie des équipes de clowns. Faire venir des clowns dans un hôpital, c’est aussi affirmer qu’en ce lieu de vie, la culture et l’artistique ont toute leur place…

Depuis 2015, le métier de clown hospitalier est reconnu par décret et est enregistré au RNCP : Répertoire National des Certifications Professionnelles (nouvelle fenêtre).

Une véritable reconnaissance pour ces comédiens qui  interviennent auprès des enfants mais aussi, de plus en plus, dans des services de gériatrie ou des maisons de retraite.

chambre clown       maison retraite

La formation

Le diplôme de « clown hospitalier » est délivré par l’association  « Le Rire médecin » (nouvelle fenêtre).

rire medecin

Depuis sa création en 1991, Le Rire Médecin concourt à l’expansion du métier de clown à l’hôpital, en France comme à l’étranger et accompagne la naissance, ou l’essor, d’associations ayant une vocation similaire.

Depuis avril 2011, l’Institut de formation du Rire Médecin propose également une formation aux comédien(ne)s qui souhaitent exercer le métier de clown en établissements de soins.

Il s’agit d’une formation de cinq mois au cursus très dense qui comprend des modules sur l’oncologie, la réanimation, la gériatrie, les soins palliatifs, la douleur, le deuil ou « l’éthique médicale et l’éthique du clown ». Elle s’adresse à des comédien(ne)s professionnel(le)s qui possèdent une solide expérience de spectacle vivant déjà formé(e)s dans des lieux tels que le Samovar (nouvelle fenêtre), l’APIAC (nouvelle fenêtre) ou l’école internationale de théâtre de Jacques Lecoq (nouvelle fenêtre) .

La formation a pour objectif  de leurs transmettre :

  • Les techniques artistiques et les savoir-faire qui permettent d’adapter le jeu en duo au milieu de soins.
  • Une connaissance approfondie de l’univers hospitalier, de ses spécificités, contraintes et potentialités.
  • Les éléments de vocabulaire médicaux et psycho-sociaux qui permettent d’interagir avec les équipes soignantes et de collaborer avec elles.

La formation s’effectue sous forme d’ateliers, de cours sur les pathologies et repose sur une immersion en milieu hospitalier. L’apprentissage sur le terrain s’effectue  avec des comédiens-clowns du Rire Médecin, ce qui  permet d’acquérir une véritable expérience pratique et  de les initier aux spécificités du jeu dans les établissements de soins accueillant différents publics en situation de vulnérabilité.

Devenir clown à l’hôpital

À terme, les diplômés disposent du bagage nécessaire pour se faire embaucher par une association ou créer leur propre compagnie.

Il existe plusieurs associations (nouvelle fenêtre) dont l’activité est entièrement  dédiée à l’intervention régulière de clowns professionnels en structures de soins.

poeme fin

Les clowns de l’espoir (nouvelle fenêtre)

Cie du bout du nez (nouvelle fenêtre)

Bises de clown (nouvelle fenêtre)

Les Clowns Stéthoscopes (nouvelle fenêtre)

123 Soleil (nouvelle fenêtre)

Soleil Rouge (nouvelle fenêtre)

Vivre aux Eclats (nouvelle fenêtre)

Etoil’clown (nouvelle fenêtre)

Eclats de l’île (nouvelle fenêtre)

 

« Être clown à l’hôpital, c’est être à l’écoute de ce qui vit au moment présent dans le respect de chacun : enfant, parent, personnes âgées, soignant. Le clown ne cherche pas à faire à tout prix mais offre un espace possible de jeu à partir de ce qu’il perçoit de son auditoire ».

%d blogueurs aiment cette page :