Tag Archives: Bien être au travail

Savoir dire non au travail peut s’avérer positif

16 Oct

 

Savoir dire « non » s’avère souvent très compliqué voire impossible pour beaucoup de gens. Quand on est constamment sollicité par ses collègues ou son chef on peut se retrouver soi-même débordé et donc en difficulté. Alors comment apprendre à dire non?

 

« En entreprise, on a peur de déplaire si on dit « non ». On craint d’être perçu comme celui qui est systématiquement dans le refus et de ne pas réussir à s’intégrer », observe Alain Duluc, co-responsable des formations en développement personnel appliqué chez Cegos (nouvelle fenêtre).

Le premier frein au « non » nous vient de loin, de notre enfance et de notre éducation : c’est ce sentiment de culpabilité que nous éprouvons en refusant d’aider l’autre. D’où la crainte de décevoir. Cela rejoint les propos de France Brecard (nouvelle fenêtre), psycho-praticienne et auteur de « 50 exercices pour savoir dire non » (Eyrolles, 2009) : « On apprend aux enfants qu’il ne faut pas dire « non ». Et que dire « oui », c’est être gentil, aimable… Ce sont des mécanismes qu’on intègre tout petit et qui sont plus ou moins ancrés selon les personnes. »

Les avantages du NON :

  • le non est un oui à soi-même
  • si les autres ont le droit de demander nous avons le droit de refuser
  • savoir dire non c’est s’affirmer

Dire non en expliquant par exemple pourquoi un projet ne vous convient pas. Cela vous permet ainsi de travailler votre esprit critique, une qualité non négligeable que devraient acquérir tous les collaborateurs, selon une étude réalisée par l’OCDE sur les compétences, les ressources et les qualités des travailleurs dans le monde de demain. « Et si le refus va dans le sens du bien commun c’est encore mieux », souligne Boris Sirbey, co-fondateur du Lab-RH et de CollectivZ.

 

Savoir dire non permet donc de gagner en fiabilité et d’être reconnu pour cela. Dans tous les cas, rappelez-vous que « savoir dire « non », c’est savoir communiquer », comme le rappelle France Brecard. Une qualité indispensable dans sa vie professionnelle.

Publicités

La musique et ses bienfaits… même au travail !

7 Sep

 

 

Résultat de recherche d'images pour "musique et travail"

 

Pour cette nouvelle rentrée, nous vous dévoilons les bienfaits de la musique… au travail. En effet des études ont démontré que la musique pouvait stimuler notre cerveau et nous rendre plus efficaces et énergiques.

Toutes les tâches ne sont pas compatibles avec l’écoute de musique et il faut préciser que certaines musiques sont propices au travail.

  • Lorsque les travaux à effectuer sont répétitifs, la musique a un impact très bénéfique.

« La musique capte facilement notre attention : dès qu’il y a de la musique dans l’environnement, le cerveau se synchronise très naturellement» précise Hervé Patel, chercheur en neuropsychologie à l’Université de Caen.« Les voies d’entrée de la musique dans le cerveau sont beaucoup plus complexes que celles de la parole, par exemple, et sollicitent différentes régions cérébrales : la musique stimule, relaxe, calme la douleur, mais a aussi la capacité d’augmenter la plasticité du cerveau et de provoquer les modifications au niveau des connections synaptiques. »

  • Il est préférable d’écouter de la musique instrumentale pour la concentration et choisir une musique que vous aimez.

« Les paroles nous distraient cognitivement. Étant donné que le travail nécessite de manipuler par le langage notre réflexion intérieure, notre réflexion linguistique sera bien évidemment perturbée par le texte. » explique le chercheur. La musique très rythmée et remuante peut, elle, altérer notre concentration: « Elle peut être utilisée de façon très temporaire pour se donner un coup de fouet, mais sur le long terme elle a davantage tendance à épuiser, avec des effets négatifs sur la concentration et l’humeur. On perd l’effet intéressant à trop prolonger l’exposition. »

Maintenant il s’agit de trouver le bon media afin d’écouter votre musique. Porter un casque ou des écouteurs peut vous isoler des bruits perturbants, mais risque de vous mettre à l’écart du reste de l’équipe, lorsqu’équipe il y a.

Le meilleur moyen c’est de décider de façon collégiale de la musique qui accompagnera vos travaux…

Vous trouverez toute la musique qui s’adaptera à votre travail à l’Espace Musique ou avec  La musique en ligne (nouvelle fenêtre) de La Médiathèque de Levallois :

Pour vous rendre sur les plateformes de nos partenaire musicaux 1Dtouch et la Philharmonie, connectez vous directement sur votre compte lecteur de la Médiathèque, puis allez sur l’onglet en ligne, puis Musique.

Musiques Zen | Magic Sound

 

Buddha Bar Monte Carlo |

 

 

Responsable du Bonheur… un vrai métier !

26 Juin

Résultat de recherche d'images pour "responsable du bonheur"

 

Venu de la côte ouest des États-Unis, le métier de responsable du bonheur  ou Chief Happiness Officer en version originale, commence à intéresser les entreprises françaises. Cet emploi ne concernait guère que les start-up et le secteur numérique jusqu’il y a peu de temps mais la qualité de vie au travail, le bien-être des employés sont des concepts dont on parle de plus en plus souvent. Il est avéré que des employés heureux sont deux fois plus efficaces au travail.

Quelles sont exactement les missions d’un CHO ou responsable du bonheur au travail ?

Il existe deux profils, comme l’explique  Florent Voisin, CHO d’OVH, un fournisseur d’hébergement Internet et de serveurs, pour le magazine l’Étudiant :

« Le premier se situe du côté de la communication (nouvelle fenêtre) interne et organise beaucoup d’événementiel. Le second se situe plus sous l’étiquette RH (ressources humaines)(nouvelle fenêtre) et analyse le fonctionnement de l’organisation pour améliorer les conditions de travail. »

 

Résultat de recherche d'images pour "chief happiness officer"

Cependant, ces deux postes ont bien entendu des missions en commun. À savoir, préserver le lien entre les employés, s’assurer que la communication est fluide pour que les informations circulent vers tout le monde.

Il s’agit aussi d’être capable d’anticiper et désamorcer les conflits. Le CHO a aussi un rôle de médiateur, et doit absolument savoir gérer les conflits et même les éviter.

Organiser des évènements conviviaux est aussi la clé de la réussite… Certaines entreprises proposent des petits déjeuners à leurs employés mais également des coachs sportifs.

La présence d’un chef du bonheur a des avantages certains comme limiter les départs et remplacements et diminuer l’absentéisme. Les effets d’une ambiance agréable au travail préserve la motivation des employés.

Voici un travail d’un genre nouveau qui révèle des besoins réels dans le monde du travail d’aujourd’hui. Le bien-être au travail est un atout essentiel pour de nombreuses entreprises. C’est pourquoi le responsable du Bonheur au travail est lui aussi une opportunité pour la société : car ménager les employés, c’est faire prospérer l’entreprise.

Si ce travail vous inspire ou s’il suscite une vocation, nous vous laissons consulter la fiche métier de l’Étudiant (nouvelle fenêtre).

 

Résultat de recherche d'images pour "chief happiness officer"

%d blogueurs aiment cette page :