Tag Archives: Artisanat

Les Compagnons du Devoir et du Tour de France

5 Fév

De la métallurgie au bâtiment en passant par la tonnellerie, les Compagnons du Devoir forment des artisans depuis près de mille ans.

liste_Compagnons-du-Tour-de-France_7841

Héritée du compagnonnage, l’AOCDTF Association Ouvrière des Compagnons du Devoir et du Tour de France (nouvelle fenêtre)  forme en alternance aux  métiers de l’artisanat. Aujourd’hui, le compagnonnage fait toujours l’objet d’une reconnaissance importante chez les artisans, la formation est synonyme d’excellence (nouvelle fenêtre).

logo

A qui s’adressent ces formations ?

Les Compagnons du Devoir accueillent les filles et les garçons de 16 ans à 25 ans dans 6 filières métiers regroupant chacune différents  parcours sur mesure pour accéder en alternance à près de trente métiers de l’artisanat.

Quelles sont les filières métiers :

  1. Industrie/métallurgie : mécanicien ; électrotechnicien ; carrossier-constructeur de véhicules ; mécanicien de précision ; chaudronnier
  2. Métiers du goût : boulanger ; vigneron ; pâtissier
  3. Bâtiment : métiers de la pierre ; métallier ; couvreur ; plombier;  maçon ; charpentier
  4. Métiers du vivant : tonnelier ; jardinier/paysagiste ; maréchal-ferrant
  5. Aménagement et finition : solier/moquettiste ; peintre ; ébéniste ; plâtrier/plaquiste ; menuisier ; carreleur
  6. Matériaux souples: tapissier ; maroquinier ; sellier/garnisseur ; cordonnier

tailleur pierre

Selon l’âge et le parcours choisis par le candidat, elle prépare aux diplômes suivants :

  • CAP
  • Bac professionnel
  • Brevet de maîtrise (équivalent d’un bac +2 professionnel)
  • Licence professionnelle (diplôme de niveau bac +3, ouvert à tous les bacheliers généraux, technologiques et professionnels).

Orientation :

Après la 3ème (collégien ou lycéen) : obtention d’un 1er diplôme du métier en 2 ou 3 ans (CAP, Bac Pro…).

Après un bac général ou technologique : obtention d’un 1er diplôme du métier en 1 ou 2 ans (CAP, Bac Pro…).

Après un 1er diplôme du métier : obtention de diplômes supérieurs tout en réalisant son « Tour de France ».

On désigne par « Tour de France » le parcours qui va permettre à un jeune professionnel de devenir Compagnon. Son diplôme de base en poche, le jeune « itinérant » va voyager pendant plusieurs années d’étape en étape sur le réseau des sièges de la Fédération compagnonnique, au rythme d’une à deux villes par an, en tant que salarié. Ce voyage permet la découverte des techniques, des matériaux, des méthodes et des moyens de travail, différents d’une région à l’autre et d’un pays à l’autre, de se construire un réseau professionnel et personnel, d’apprendre une nouvelle langue (1 an à l’international). 

Après le Tour de France, s’ouvre une période de transmission qui dure deux où trois ans : Les Compagnons deviennent encadrant des plus jeunes au sein d’une mission appelée « gâche ». Ils deviennent donc à leur tour enseignant, voire prévôt. Le  label « Compagnons du devoir » bénéficie  d’une très bonne image auprès des entreprises qui reconnaissent des capacités d’adaptation et ouverture d’esprit.

ebeniste

Comment s’inscrire chez les Compagnons du Devoir ?

Trouver une formation (nouvelle fenêtre)

Demande d’information (nouvelle fenêtre)

Demande d’inscription aux découvertes métiers par région (nouvelle fenêtre)

Que ce soit tailleur de pierres, maréchal-ferrant ou bottier, les métiers de jadis ont le vent en poupe et l’offre d’emploi dépasse largement la demande : 10.000 jeunes sont actuellement en formation aux Compagnons du Devoir et 90% d’entre eux trouveront sans peine un emploi à l’issue de leur formation. Un compagnon sur deux finira même chef d’entreprise.

3211710931_1_8_CWCWXJtY

Publicités

Des cadres séduits par l’artisanat…

12 Oct

Pourquoi de plus en plus de cadres venus de différents univers lâchent leur métier pour devenir artisan ?

Résultat de recherche d'images pour "artisans"

Selon l’ISM (Institut Supérieur des Métiers), en 2010 10 % des entrepreneurs artisanaux étaient des diplômés bac +5 voire plus. Cette reconversion arrivait après quelques années d’un travail dans la finance, la communication, la publicité mais désormais ce changement professionnel arrive de plus en plus tôt chez les cadres. L’APEC (Association Pour l’Emploi des Cadres) a réalisé une enquête en 2016, celle-ci révélait que 14% des jeunes diplômés supérieurs prenaient cette nouvelle voie seulement au bout de deux ans de leur vie active.

Pourquoi ces reconversions ?

Dans la plupart des discours de ces « néo-artisans », le travail dans lequel ils officiaient jusqu’alors leur semblait vide de sens, rébarbatif et sans la moindre place à la création. Leur emploi les ennuie voire les use ;  certains vont même jusqu’au Burn Out. Quelques un d’entre eux anticipent aussi et pensent que la dématérialisation du travail menace leur poste.  Ces cadres recherchent également un métier avec du sens, créer pour les autres et reconnaissent être en recherche de gratification.

Si les cadres se transforment en artisan c’est aussi grâce au confort financier que leur offre leur précédent emploi et leur laisse une marge de manœuvre quant aux bénéfices de leur future entreprise.

La formation :

Pour se former lors d’une reconversion à l’âge adulte il faut  faire appel aux GRETA (nouvelle fenêtre), groupement d’établissements pour la formation continue. Ces structures dépendent de l’Éducation Nationale et fonctionnent par région. Il est possible de préparer des diplômes du CAP au BTS ou de simples modules de formation.  Ces formations sont payantes mais la plupart du temps elles sont prises en charge par l’entreprise du salarié.

Le CMA (nouvelle fenêtre) (Chambres des métiers de l’Artisanat de Paris) propose également plusieurs niveaux de formation : du stage à la formation diplômante.

Maintenant si l’Artisanat vous tente et que vous avez moins de quarante ans il existe aussi la formation Haute qualité du Compagnonnage. N’hésitez pas à lire l’article fort instructif de BREF « Le compagnonnage: l’excellence d’un savoir-faire » (nouvelle fenêtre). 

Vous trouverez à la Médiathèque des livres sur l’artisanat :

Artisans : Nouvelles tendances | Dupon, Olivier      Le temps des artisans : Permanences et mutations |

Devenir et être artisan | Witkowska, Barbara       50 étapes pour créer sa petite entreprise : Guide pour les entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs, dirigeants, artisans... | Dussossoy, Patrick

 

Lumière sur les métiers d’art !

30 Mar

Afficher l'image d'origine

Les journées Européennes des Métiers d’Art qui se tiendront partout en France et dans 19 pays européens du 1er au 4 avril 2016 sont l’occasion de faire un focus sur les métiers d’art.

Qu’est-ce qu’un métier d’art ?

Selon l’article 22 de la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises
« Relèvent des métiers d’art, […] les personnes physiques ainsi que les dirigeants sociaux des personnes morales qui exercent, à titre principal ou secondaire, une activité indépendante de production, de création, de transformation ou de reconstitution, de réparation et de restauration du patrimoine, caractérisée par la maîtrise de gestes et de techniques en vue du travail de la matière et nécessitant un apport artistique. »
Fixée par arrêté en date du 24 décembre 2015 et publiée au Journal Officiel ce 31 janvier 2016, la nouvelle liste des métiers d’art a fait l’objet d’un travail conjoint entre les services du ministère de la Culture et de la Communication et du Secrétariat d’État chargé du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire.
La nouvelle liste ainsi établie compte 198 métiers et 83 spécialités, soit 281 activités recensées au total. Classés en 19 domaines ( terre, verre, bois, cuir, arts graphiques, art floral, art du spectacle, mode, pierre, etc.), certains métiers méconnus du public comme sabreur de velours, altrier, glypticien, layetier, dominotier suscitent la curiosité…

  • Sabreuse de velours :
  • Glypticien :
  • Dominotier :

 

 Comment obtient-on le titre d’artisan d’art ?

Le titre d’artisan d’art est délivré par la chambre des métiers et de l’artisanat  à des professionnels titulaires au minimum d’un CAP ou justifiant de 6 ans de pratique. Le titre de maître artisan en métier d’art est accordé à la condition d’avoir un brevet de maîtrise (BM) et 2 ans d’expérience ou 10 ans de pratique.
Décerné à vie par le Ministre de la Culture, le titre de maître d’art est délivré aux professionnels des métiers d’art d’excellence qui souhaitent s’engager dans la transmission indispensable de leur savoir-faire.

%d blogueurs aiment cette page :