Search results for 'reconnaissance au travail'

Mai 1968 : un tournant dans l’histoire du travail

3 Mai

Dans les esprits, 68 est souvent porté par la révolte étudiante. Pourtant, mai 68 a été l’un des mouvements sociaux français les plus importants du siècle en termes de manifestations et de revendications ouvrières à travers tout le pays.

1968 : un contexte économique en perte de vitesse

En 1968, La France sort tout juste des Trente Glorieuses. À partir du milieu des années 1960, l’exploitation du travail à la chaîne connaît une perte d’efficacité et les patrons cherchent à la compenser par la baisse des salaires et l’aggravation des conditions de travail jusqu’alors dominé par une tradition taylorienne qui émiette les tâches, sépare la conception de l’exécution. La pénibilité et la dangerosité du travail nourrissent un mécontentement croissant chez les travailleurs auquel s’ajoute le sentiment d’être exclus de la prospérité engendrée par la croissance économique de ces dernières années. Les progrès technologiques font en effet apparaître le fait que l’on a moins besoin de « travailleurs à la chaîne » mais bien de « travailleurs capables d’initiatives ». Le patronat autoritaire et paternaliste est donc remis en cause par une demande d’autonomie des ouvriers qui réclament aussi plus de considération de la part de leurs contremaîtres. Si la question du pouvoir dans l’entreprise est au centre des discussions, les salaires, qui sont pourtant parmi les plus bas de la CEE, commencent à baisser ce qui ne fait qu’augmenter la colère des travailleurs. Le spectre du chômage commence à faire son apparition : une personne sur six connait dans son entourage proche quelqu’un qui a perdu son emploi. Le pays compte alors 500 000 chômeurs, ce qui peut paraître dérisoire aujourd’hui. Un chiffre important pour l’époque compte tenu de la situation économique encore croissante mais qui commence à donner des signes de faiblesse.

Quelques chiffres représentatifs de la société française en 68 (49,7 millions d’hab.)

Chiffres du travail :

  • Congés payés : 3 semaines
  • Part des femmes dans la population active : 37,9%
  • Nombre d’ouvriers: 38% de la population active
  • Secteur agricole : 1/5 de la population
  • SMIG horaire : 2,2 francs

État du logement au 1er avril 1968 :

  • Sans eau courante : 9%
  • Surpeuplés : 31%
  • WC sur le palier : 48%
  • Sans eau chaude : 50%
  • Sans baignoire ni douche : 53%
  • Sans chauffage central : 65%
  • Sans téléphone : 85%
  • Bidonvilles : 75000 personnes

Les jeunes sont les premiers touchés par la montée du chômage

D’un point de vue économique, partout en France le schéma est le même : une industrialisation insuffisante et un sous-emploi qui touchent principalement les plus jeunes. En effet, nombre d’entre eux sont sans aucune formation professionnelle et à contrario, ceux qui en possèdent une, ne trouvent pas d’emploi dans la spécialité où ils ont été formés. Les certificats d’aptitude professionnelle (CAP), trop spécialisés, ne préparent plus aux futures conversions. Paradoxalement, le même phénomène atteint certains cadres. Lorsque leur branche ou leur région décline, de part leur spécialisation, ils ne peuvent se convertir puisque leur formation initiale et leur expérience ne sont pas suffisamment polyvalentes. D’où ce phénomène étrange avec d’un côté une pénurie de compétences, et de l’autre un accroissement du chômage des cadres. Face à ce constat, le gouvernement doit alors créer l’ANPE (nouvelle fenêtre), dès 1967

L’explosion

Alors qu’en 1963 le pays avait été déjà marqué par les grèves des mineurs (nouvelle fenêtre), c’est au cours des années 1966 et 1967 (nouvelle fenêtre), que vont s’intensifier d’importants conflits dans plusieurs secteurs de l’économie. Toute une série d’industries, notamment celles de la sidérurgie, du textile ou de la construction navale, vont connaitre une baisse de productivité et perdent des emplois, ce qui marque le signe d’un premier mouvement de désindustrialisation qui affecte principalement les «vieilles régions industrielles» : bassins houillers du Nord-Pas-de-Calais ou de Saône-et-Loire, bassins textiles des vallées vosgiennes, etc. C’est ainsi que Lyon, Bordeaux, Besançon, Le Mans, Saint-Étienne vont tour à tour connaitre des manifestations de plus en plus virulentes signalant un mécontentement ouvrier croissant.

1967 Grève Lyon

greve ortf

1968 : Dès le début de l’année la contestation continue de se propager dans le monde du travail, entraînant rapidement dans la grève générale des fleurons industriels aussi symboliques que l’usine Renault de Boulogne-Billancourt ou les sites sochaliens de Peugeot : occupations d’usines, séquestrations de dirigeants, interruption des services publics de transport, de courrier et de l’ O.R.T.F. (Office de radiodiffusion-télévision française) ….

…. Le 13 mai 1968,  une journée de grève interprofessionnelle contre la répression du mouvement ob_021f13_13-mai-1968étudiant et la politique gouvernementale est organisée partout dans le pays avec pour le mot d’ordre : « Étudiants, travailleurs, tous unis ».

 

 

 

Pendant trois semaines, du 20 mai à la mi-juin, le pays entier est bloqué (nouvelle fenêtre). Toutes les catégories de la population active française sont représentées parmi les grévistes : hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, français et immigrés, OS (ouvriers spécialisés), OQ (ouvriers qualifiés) et également des cadres.

manif-1

Conséquences de mai 68

Face à l’ampleur du mouvement contestataire, le gouvernement qui avait jusqu’ici refusé le dialogue, accepte alors de discuter avec les syndicats et convoque le 25 mai une réunion tripartite entre gouvernement, patronat et syndicats. Les négociations ont lieu au ministère des affaires sociales et dureront deux jours.

Elles aboutissent le 27 mai aux accords de Grenelle (nouvelle fenêtre)

accords

Séance de clôture des « Accords de Grenelle » en présence du premier ministre Georges Pompidou, , de Jean-Marcel Jeanneney, ministre des affaires sociales, de Jacques Chirac, secrétaire d’Etat à l’emploi, de Jacques Legrand, directeur général du travail et de l’emploi et de Georges Seguy, secrétaire général de la CGT.

Des accords qui portent sur les conditions de travail des ouvriers :

  • Augmentation du SMIC de 35 % (600 frs par mois)
  • Hausse des salaires de 10%
  • Création d’une section syndicale d’entreprise
  • Obtention d’une 4ème semaine de congés payés.
  • Réduction du temps de travail : semaine de 40 heures
  • Application du libre exercice du droit syndical dans les entreprises
  • Révision des conventions collectives

 

Les accords de Grenelle marque le début d’un mouvement législatif plus protecteur pour les salariés. Dans les textes, le droit du travail a été profondément bouleversé et le mouvement de mai 68 est un tournant dans les acquis favorables aux travailleurs.

  •  Accords de Grenelle, 27 mai 1968 : SMIG +35%, salaires +7%, 50% des jours de grèves payés, reconnaissance du droit syndical dans l’entreprise.
  • Loi du 27 décembre 1968 : reconnaissance de la section syndicale d’entreprise.
  • Loi du 2 janvier 1970 : création du SMIC (indexé sur la croissance de la production).
  • 20 avril 1970 : accord CNPF/Syndicats sur la rémunération mensuelle minimale des salaires qui sera généralisée en 1973
  • Loi du 16 mai 1971: instauration de la 4ème semaine de congés payés.
  • 9 juillet 1970 : accord interprofessionnel sur le droit individuel à la formation professionnelle.
  • Loi du 16 juillet 1971 : institution de la formation professionnelle continue.
  • Loi du 22 décembre 1972 : réaffirmation de l’égalité de rémunération entre hommes et femmes.
  • Loi du 27 décembre 1973 : création de l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail et d’une commission Amélioration des Conditions de Travail dans les CHS.

Pour en savoir plus, consultez le document réalisé avec le soutien de la Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle d’Ile de France sur le site du Ministère du Travail  (nouvelle fenêtre).

Publicités

La Fête du Management 2019

10 Oct

Lancée par le réseau pro Impulsion Consulting en 2018, La Fête du Management est un évènement national qui se déroule le 10 octobre 2019 dans une quinzaine de villes en France.

(La Fête du Management est une marque© déposée propriété d’Impulsion Consulting (nouvelle fenêtre))

La Fête du Management (nouvelle fenêtre) est une journée bienveillante dédiée aux acteurs du management et aux pratiques managériales. La thématique de cette 2ème édition est « le courage au travail ».

Car être manager demande du courage : prendre la parole devant son équipe, oser dire des choses parfois difficiles, tester de nouvelles méthodes de travail, ne pas avoir peur de l’échec, soutenir ses collaborateurs… , autant de tâches qui s’avèrent souvent malaisées. Le rôle du manager est de plus en plus complexe car on lui en demande de plus en plus ; il se retrouve souvent dans une position inconfortable. Le quotidien d’un dirigeant n’est pas un long fleuve tranquille dans un contexte où les entreprises vivent des tensions nouvelles dans leur management face aux changements du monde du travail.

Les objectifs de cet évènement sont nombreux :

  • ré-enchanter le management, valoriser le métier de manager et son savoir-faire
  • renforcer la collaboration et la qualité de vie au travail
  • partager et mutualiser de bonnes pratiques
  • remettre les ressources humaines au cœur des préoccupations
  • redonner confiance à des managers isolés
  • créer du lien entre dirigeants
  • rapprocher les membres d’une équipe quelle que soit leur fonction
  • insuffler un esprit positif

Les entreprises, les collectivités, les associations, les écoles de management peuvent participer à La Fête du Management soit :

Par exemple, pour participer, chaque manager peut planter symboliquement un arbre et proposer à son équipe de coller des post-it qui formeront les feuilles de l’arbre bienveillant. Elle peut noter dessus des mots de reconnaissance, des suggestions ou des propositions pour améliorer la qualité de vie au sein de l’équipe et mieux travailler ensemble. Poster de l’arbre bienveillant à télécharger ici (nouvelle fenêtre).

À retrouver à La Médiathèque :

Salariés français : vous êtes les bienvenus à Montréal

24 Juin

Une étude récente de Cadremploi / BCG (nouvelle fenêtre) a démontré que 76 % des talents numériques français préféraient décrocher un emploi hors de l’Hexagone et que le Canada serait leur troisième choix (après la Suisse et les États-Unis). Le succès du Québec, et de Montréal en particulier auprès des Français, s’explique notamment par un dynamisme économique et une qualité de vie qui se confirme au fil des ans. Selon le consulat général de France à Québec, 3000 à 4000 Français y résident déjà de façon permanente. Sur les 12 396 inscrits sur les listes du consulat (au 31 décembre 2018) près de 70 000 le sont à Montréal.

«L’accès à des talents internationaux permet de mieux soutenir la forte croissance des secteurs d’innovation et de haute technologie dans le Grand Montréal, comme les jeux vidéo, les effets visuels et l’intelligence artificielle.», comme le signale Hubert Bolduc, le président-directeur général de Montréal International (nouvelle fenêtre) sur le site de l’organisme.

Ces trois secteurs, en plein essor, sont très bien représentés dans la deuxième ville la plus peuplée du Canada avec Ubisoft, Eidos, Gameloft, Behavior… Montréal se classe à la 5e place des producteurs de jeux vidéos. « 20 % des employés d’Ubisoft sont français, et ils représentent 62 % des employés provenant de l’étranger. Nous recherchons principalement les profils séniors en informatique et en développement de jeux vidéo », confie la DRH de l’entreprise. Il faut savoir qu’il existe des événements de recrutement consacrés au Québec qui ont lieu à Paris tels que les Journées Québec (nouvelle fenêtre).

«Ces talents sont une population très mobile, confirme Vinciane Beauchene, Directrice Associée au BCG, qui n’hésite pas à faire jouer la concurrence en termes d’employeurs ou de territoires.»(source : article de Léa Lucas édité par le Figaro le 22/05/2019) (nouvelle fenêtre)

La langue représente également un énorme atout pour les ressortissants français en raison du manque de recrutement francophone. En effet, selon une étude de l’Institut du Québec le taux d’immigrants connaissant le français est passé de 56 % en 2015 à 42 % en 2017 (nouvelle fenêtre).

Le premier ministre québécois, François Legault, lors de sa visite officielle à Paris en janvier dernier a invité les entrepreneurs français à venir s’installer au Québec :

« Je lance l’invitation aux entrepreneuses et entrepreneurs français. Vous voulez investir en maximisant les rendements et en diminuant les risques ? Il y a un nouveau gouvernement québécois prêt à vous accueillir à bras ouverts. », tels étaient les propos de ce dernier à la Bourse de Paris. (source : article de Claudia Cohen paru le 24/01/2019 sur le site du Figaro) (nouvelle fenêtre)

Les Français bénéficient par ailleurs d’une reconnaissance de leurs diplômes grâce à un accord signé en 2008 avec le Québec et de salaires plus élevés (moyenne mensuelle de 2431,48 € en 2018 à Montréal, source Institut de la statistique Québec). Un argument supplémentaire pour motiver davantage encore les candidats à l’expatriation.

 

Quelques ouvrages que vous pourrez consulter à La Médiathèque (nouvelle fenêtre) :

     Le guide complet de l'expatriationTravailler et s'installer au Québec

Les 10 commandements de l'expatriationCommuniquer, s'expatrier et travailler aux Etats-Unis

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :