Archive | Le travail de demain RSS feed for this section

Outils collaboratifs et crise sanitaire

2 Juin

 

L’article du 12 mai dernier dans B.R.E.F. sur la solidarité numérique (nouvelle fenêtre) montrait qu’Internet est devenu un outil essentiel de nos jours. Qui plus est, il a accru le partage des connaissances entre les organisations et a donné la possibilité de travailler à tout moment et en tout lieu. La crise du Covid-19 a eu pour effet de nous obliger à apprendre à collaborer à distance. Les solutions collaboratives pourraient bien faire évoluer les mentalités et devenir la norme à l’avenir. De ce fait, l’usage des ces nouvelles solutions numériques collaboratives est en pleine expansion. Est-ce que cette transformation numérique se poursuivra après la crise passée ?

« Ces outils se sont révélés essentiels, permettant aux entreprises de poursuivre leur activité avec des équipes en télétravail. Mais ils avaient commencé à s’imposer bien avant la crise car ils répondent aux nouveaux enjeux : aller vite, donc impliquer le plus d’expertises possible », observe Claude Burette, directeur de projet chez Oasys Mobilisation (nouvelle fenêtre), cabinet de conseil en transformation.

Source : Outils collaboratifs : quand la technologie fait tomber les silos internes et externes Les Echos, article de Julie Le Bolzer, 20 mai 2020 (nouvelle fenêtre)

Matthieu Beucher, fondateur de la société Klaxoon spécialisée dans le développement des outils de réunion à distance (nouvelle fenêtre), le constate également :

« Il est certain qu’il y aura un avant et un après coronavirus. Du jour au lendemain, des millions d’entreprises, de salariés ont dû mettre en place le travail à distance, pour celles dont l’activité le permet. Les équipes ont su faire preuve d’agilité, ont su s’adapter et se transformer rapidement. Cela va leur donner confiance en l’avenir sur leur capacité à se transformer durablement. »

Tout d’abord, il existe à l’heure actuelle de nombreuses plateformes collaboratives qui proposent aux entreprises l’optimisation de leurs méthodes de travail. Grâce à la plateforme collaborative Appvizer (nouvelle fenêtre), un comparateur de logiciels pour entreprise, vous pouvez découvrir les plus connues et trouver celle qui vous convient.

Ensuite, dans les outils collaboratifs qui sont de plus en plus utilisés dans les entreprises pour communiquer et avancer sur des projets il y a le Chatops et le Réseau Social d’Entreprise. Le Chatops est idéal pour faire passer une information importante à un collègue à un instant T, tandis que le Réseau Social d’Entreprise permet de structurer l’information et de la retrouver facilement à tout moment. Les échanges sont plus fluides, les projets avancent de manière transversale. C’est pourquoi 84% des entreprises qui travaillent avec un outil collaboratif affirment qu’elles ne pourraient plus s’en passer.

Pour faciliter le travail à distance en le rendant plus agile et plus productif, où que vous habitiez, que vous soyez en déplacement professionnel ou contraint au confinement en cette période incertaine de pandémie mondiale il existe désormais l’application Atolia (nouvelle fenêtre), une seule et même plateforme unifiée pour tous vos outils collaboratifs.

Pour Guillaume Nominé, fondateur et président d’Atolia (nouvelle fenêtre), « Cette expérience du télétravail, forcée par le confinement pour les entreprises ayant pu accueillir cette option organisationnelle, a permis aux managers et leurs équipes de s’adapter à la situation et de réaliser que le travail à distance possède de nombreux avantages : économie du temps de transport, réduction de la surface des locaux, réduction de l’empreinte carbone, possibilité d’aménager les emplois du temps ainsi que d’augmenter la productivité (chacun ayant des temps pendant lesquels il peut se concentrer sur ses tâches). »

A noter que l’entreprise a répondu à l’appel lancé par Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique (nouvelle fenêtre), le 9 mars dernier, pour faire partie des entreprises technologiques mobilisées pour proposer gratuitement (ou au moins avec une offre promotionnelle importante) leurs solutions innovantes. « Cette solidarité doit aider les Français à traverser cette épreuve commune. » 

 

Anne-Laure Plessier, fondatrice de la startup Cocoom (nouvelle fenêtre), considère la crise actuelle comme un détonateur :

« C’est l’occasion de réaliser que nous avons besoin d’une innovation de rupture, d’un changement de comportement fort, immédiat et à grande échelle. C’est dans la douleur, ce n’est pas simple, mais je le vois comme une opportunité de changer profondément et durablement notre façon d’aborder le travail, la vie, l’environnement et notre rapport à la société d’une manière générale. »

A son tour Florian Meffre, co-fondateur de Gryzzly (nouvelle fenêtre) , startup qui incite depuis sa création ses collaborateurs à travailler de chez eux au moins un jour par semaine souligne :

« Pour que les mentalités changent durablement et que l’entreprise de demain se réinvente profondément, l’expérience du télétravail doit être réussie. »

Il est essentiel en effet d’examiner ici la question de la volonté. La culture d’entreprise ne peut pas changer véritablement si cela se fait sous la contrainte. La transformation digitale est une affaire de volonté et s’inscrit dans le temps à travers la mise en place effective de pratiques structurelles désirées, car créatrices de sens pour ceux qui l’instrumentent.

Pour Anne-Laure Plessier, le confinement n’a fait qu’accentuer sa vision et son désir de combiner plus intelligemment ses réalités de dirigeante d’entreprise et de maman :

« J’espère de tout cœur qu’après le confinement nous prendrons soin de la richesse que représente le temps en améliorant notre qualité de vie grâce à la visio et à une gestion plus agile du travail. Ce sont à mes yeux les clés d’une collaboration phygitale réussie. »

Laurent Fiard, patron du MEDEF du Rhône, commente :

« Les entreprises doivent faire preuve d’une grande adaptation et d’une grande agilité dans cette période inédite. De nombreuses entreprises sont en mesure de garantir une continuité d’activité pour leurs clients tout en prenant les dispositions nécessaires pour protéger les collaborateurs notamment en utilisant le télétravail. » Et d’ajouter « L’entreprise est un écosystème : les infrastructures et les outils collaboratifs doivent largement être utilisés dans ce contexte de télétravail pour sublimer ce collectif humain de compétences et d’énergies qu’est l’entreprise. »

Source : La crise covid-19 suffira-t-elle à enraciner la transformation numérique ? Maddyness, article de Pauline Raud, 29 avril 2020 (nouvelle fenêtre)

L’entreprise de demain naîtra de l’innovation de rupture exigée par la crise du Covid-19 et de la volonté de changement guidée par la quête de sens. Parallèlement, cette situation nous fait prendre conscience indéniablement de la valeur des rapports humains et de l’insuffisance du contact numérique au quotidien. « Plus que jamais l’entreprise s’impose comme une plateforme humaine et digitale », conclut Laurent Fiard.

 

Quelques ouvrages à La Médiathèque (nouvelle fenêtre) que vous pouvez télécharger ou que vous pouvez emprunter grâce au nouveau service click & collect mis en place depuis le 26 mai 2020. Pour en savoir plus, cliquez ici (nouvelle fenêtre)

21 clés pour activer la transformation numériqueMnager le travail à distanceLe guide de la transformation digitale

Le travail dans les livres pour enfants

19 Mai

Collé à la maison en télétravail ou sur le front à multiplier les heures de présences ? Voici une courte sélection de titres destinés aux enfants -des plus jeunes aux ados- et à leurs parents sur des métiers réels, fantaisistes ou d’avenir pour expliquer en quoi consiste le travail, découvrir des métiers et ouvrir le dialogue.

Commençons par quelques livres au contenu plus ludique que documentaire.

Pour les tout- petits

Jean Gourounas, propose un imagier des métiers. Dans Au boulot ! (nouvelle fenêtre) plutôt que d’énumérer des professions, il nomme les actions, le  » faire « , le  » savoir-faire  » de chacun. Cet album présente d’autres qualités. D’une part, les formes géométriques simples utilisées permettent de prolonger l’histoire.

D’autre part, même si le livre papier n’est pas accessible en ce moment, il peut être lu dès à présent sur le site des éditions L’atelier du poisson soluble (nouvelle fenêtre) qui permettent d’accéder à tous les titres de leur catalogue (nouvelle fenêtre).

Pour les uns peu plus grands

Dans L’abécédaire des métiers imaginaires (nouvelle fenêtre),  Anne Montel propose au fil de l’alphabet des métiers extraordinaires. Chaque double page présente un métier imaginaire. Son initiale majuscule est dessinée au pinceau, la minuscule à la plume. L’illustration est aquarellée et  accompagnée d’une explication aussi fantaisiste que merveilleuse. Un album loufoque et poétique avec plusieurs niveaux de lecture pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Ne serait-ce que pour l’attrapeuse de chat dans la gorge !!

 

Dans la même veine, l’imagination prend le dessus avec L’Abcdaire des métiers qui n’existent pas (nouvelle fenêtre). A comme ….Aplatisseur de feuilles de papier, B comme …Bisouilleur de cailloux, C comme …Colorieuse de lune, Jusqu’au Zébreur d’éléphants, voici un florilège de métiers inventés piqués d’humour et de douceur, tant dans le texte que le dessin. Tantôt teintés de quotidien, tantôt nés d’une rencontre improbable, et toujours créatifs, ces métiers doivent leur existence à un jeu auquel se livrait l’autrice Claudine Morel avec sa sœur et ses cousines durant son enfance.

 

Alors, en attendant de pouvoir lire ces livres, pourquoi ne pas jouer, rêver inventer en famille encore plus de nouveaux métiers ?

Chez les plus grands, le principe de réalité prend le dessus.

 

Héritiers d’un savoir ancestral, certains métiers, comme ceux de l’artisanat semblent connus.  Mais à quel point ? Dans l’album documentaire, Les métiers de l’artisanat en images (nouvelle fenêtre), Mélanie Mettra présente une trentaine de ces métiers en image et surtout leurs outils particuliers. Faut-il rappeler que l’ exercice de ces métiers exige rigueur et une longue pratique avant d’acquérir un savoir-faire précieux.

 

Le guide des idées de métiersChez les ados, on devient sérieux pour ne pas dire anxieux face à l’avenir et au choix d’un métier. Sandrine Pouverreau élargie l’horizon avec Le guide des idées et des métiers (nouvelle fenêtre). Journaliste spécialisée en orientation et professions, elle recense des idées dans 18 secteurs : des carrières artistiques au paramédical, de l’environnement à l’informatique, de la restauration au juridique, en passant par les métiers de la fonction publique, de la finance, du sport, du journalisme ou du commerce. Pour aboutir à 130 propositions de métiers, des plus classiques aux plus futuristes, des plus rares aux plus porteurs.

 

 

Mais au fait,que savons-nous des métiers de demain ?

Martin Rhodes, journaliste, spécialiste des questions liées à la vie étudiant, à l’éducation, aux formations et à l’emploi des jeunes a mené l’enquête.  Il répond dans Les métiers de demain : seront-nous tous remplacés par des robots ? (nouvelle fenêtre) et propose des jobs d’avenir. Enfin, ceux d’un avenir proche.

 

 

De son coté, Stéphane Biso tente de pousser les limites de notre imagination, avec son essai Slasheurs, designers, gamers… : Quel seront les jobs de nos enfants demain ? (nouvelle fenêtre)

Il constate que l’innovation technologique bouleverse nos besoins, nos comportements, nos métiers et que notre vision du travail doit évoluer et avec elle, celle de la formation, de l’éducation, des compétences. Alors à quoi ressemblera l’entreprise de demain ? A quels enjeux devront faire face nos enfants ? Quel sera leur avenir dans ce nouveau monde du travail ? Et comment les y préparer ?  Cet ouvrage percutant, accessible et ludique se propose de le dévoiler.

 

Mais finalement, Travailler, ça sert à quoi ? (nouvelle fenêtre) 

Jacques Olivier Pô aborde différents aspects de cette problématique, avec ce qu’il faut d’humour pour répondre aux enfants.

 

 

« Le travail c’est la santé, rien faire, c’est la conserver. Les prisonniers du boulot  ne font pas d’vieux os » chantait Henri Salvador.  Cependant, qui s’imagine vivre sans ? Reste à définir ce qu’il est ou sera.  En attendant pour découvrir  toutes les évolutions surprenantes du travail dans nos vies et notre société encore à vivre, vive l’imagination  !

Merci à Nathalie F. pour la rédaction de cet article

L’industrie du futur : découvrez les métiers et formations de l’avenir

23 Jan

Vous souhaitez devenir data scientist, BIM manager, cogniticien ? Sachez que depuis décembre 2019, un MOOC a été lancé pour présenter les métiers de l’industrie du futur. L’ingénierie prévoit d’embaucher 60 000 personnes par an d’ici 2021, et manque de professionnels formés à ces nouveaux métiers.

  • Qu’est-ce-qu’un MOOC ?

Un MOOC (Massive Open Online Course ou cours en ligne ouvert et massif) est un cours diffusé gratuitement et en libre accès sur Internet pouvant ainsi toucher plusieurs milliers de participants.

  • Le projet collaboratif Osons l’industrie du futur :

Coordonné par l’Alliance Industrie du Futur (nouvelle fenêtre), en partenariat avec l’UIMM, l‘IMT (nouvelle fenêtre), Arts et Métiers, ParisTech, l’Onisep, le CNI, ce projet a été lancé en 2016. Certains secteurs industriels souffrent d’une mauvaise image, alors que les offres d’emploi ne manquent pas. Avec les nouvelles technologies l’industrie se modernise. De nouveaux métiers apparaissent et avec eux de nouvelles compétences. La formation est donc un défi majeur de ce projet.  Osons l’industrie répond à ce défi et a pour objectif d’accompagner les profondes mutations des métiers du monde de l’industrie de trois façons :

  1. Rendre plus attractive l’image de ce secteur et faire découvrir les filières et la diversité des métiers de demain.
  2. Favoriser l’accès aux métiers industriels.
  3. Renforcer les échanges jeunes et entreprises avec les écoles d’ingénieurs.

Aujourd’hui, une quatrième révolution industrielle est en route, celle de l’industrie 4.0. Celle-ci a plusieurs outils à sa disposition : la modélisation 3D, l’impression 3D, le cloud, le big data, l’intelligence artificielle, les robots collaboratifs, l’Internet des objets… Elle ouvre une nouvelle ère industrielle en boostant la productivité et en baissant les coûts.

  • Comment s’inscrire au MOOC ?

Ce mooc est ouvert à tous, notamment aux lycéens et aux étudiants depuis le 02 décembre 2019 jusqu’au 03 mai 2020. Il s’adresse aussi aux salariés en activité ou en reconversion professionnelle et sert la formation initiale ou continue.

Pour suivre ce cours, il suffit de s’inscrire sur la plateforme FUN MOOC (nouvelle fenêtre). Simple et ludique, ce cours en ligne gratuit propose des vidéos, des témoignages et des exercices. Il permet de trouver des idées d’orientation tout en découvrant un secteur d’activité en pleine évolution qui recrute fortement et offre de réelles opportunités de carrière sur le marché de l’emploi. L’industrie est le secteur qui innove le plus en France. Près de 250 000 personnes sont recherchées chaque année, à tout niveau, dans plus de 150 métiers. (Source UIMM.fr) (nouvelle fenêtre).

Si vous hésitez à vous inscrire, vous pouvez tester vos connaissances sur l’industrie sur le site de l’Onisep (nouvelle fenêtre).

Pour en savoir plus :

Ces 12 jobs du futur qui vont exploser – Article d’ Inès Clivio 15/10/2019 Les Echos Start (nouvelle fenêtre).

Industrie du futur : 6 métiers émergents en forte croissance – Article L’actu des débouchés professionnelles, Réussir ma vie (nouvelle fenêtre).

Etre recruté dans les métiers de l'industrie et de l'agroalimentaireL'industrie notre avenirLes industries du futur

%d blogueurs aiment cette page :