Archive | S’orienter RSS feed for this section

Se former aux métiers du sport

21 Mai

L’industrie du sport connaît une croissance moyenne de 4 % par an et se professionnalise à grande vitesse. Un tiers de ces emplois étant dédiés à l’encadrement (professeurs, animateurs, moniteurs…) pour lequel la filière universitaire Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) demeure la voie royale.

logo

La filière STAPS

Cette filière propose une licence liant le sport à de nombreux autres domaines dont la Science et la communication. Elle exige bien évidemment un bon niveau sportif, mais aussi de bonnes aptitudes scientifiques et bien sûr une grande motivation.

Objectifs :

  • Préparer les étudiants au monde du sport en leurs apportant des connaissances et un savoir-faire dans le développement et la croissance d’une organisation sportive tout en les rendant opérationnels dans différentes structures sportives.
  • Former des diplômés capables d’animer et d’encadrer un groupe d’enfants ou d’adultes en toute sécurité dans le domaine des pratiques physiques ou sportives.
  • Offrir une formation équilibrée entre des activités physiques et sportives et des apports théoriques pluridisciplinaires de type scientifique, technologique et méthodologique.

Le programme :

Une formation qui implique un enseignement dans les différents domaines théoriques articulés autour des activités physiques et sportives.

logo2Si l’entrainement sportif (multi-sports : natation, gymnastique, athlétisme, sports collectifs …) représente un tiers des enseignements, le reste de la formation est axé au cours des deux premières années (L1 et L2) sur des cours théoriques et professionnels : biologie, anatomie, histoire et sociologie des pratiques corporelles, informatique, statistiques, langue vivante.

En L3, l’élève doit impérativement choisir un parcours selon cinq spécialisations proposées dont dépendront les débouchés :

  1. Mention entraînement sportif : entraîneur, concours externes des collectivités territoriales.
  2. Mention management du sport : fonctions d’animations, d’encadrement, de gestion et de direction au sein d’établissement sportifs, publics ou privés, responsable des ventes en grandes surfaces spécialisés en articles de sport, responsable marketing.
  3. Mention éducation et motricité : IUFM, CAPEPS, CRPE .
  4. Mention activités physiques adaptées : animer, enseigner et gérer des APA dans le milieu médico-social.
  5. Mention ergonomie et performances sportives : professionnels qui travaillent chez les équipementiers sur l’évolution du matériel sportif.

Durant tout le cursus, des stages (en moyenne un par an) complètent la formation.

Comment s’inscrire :

L’inscription en STAPS se fait via la procédure Parcoursup (nouvelle fenêtre) classique, comme toute autre inscription dans le supérieur. Attention ! La licence STAPS est parmi les plus demandée avec un accueil limité. Elle fait toutefois partie des filières spéciales qui permettent des voeux groupés : au lieu de sélectionner une seule formation STAPS dans une seule université, vous pouvez opter pour  plusieurs autres L1 STAPS dans l’académie choisie. Certaines universités pourront toutefois vous demander un dossier manuscrit avec lettre de motivation. Prévoyez cependant un plan B dans le cas où, parmi tous les candidats potentiels, ne vous serez pas sélectionnés.

Que faire après la licence STAPS ?

  • Préparer les concours de la fonction publique territoriale, d’écoles d’ergothérapie ou kinésithérapie.
  • S’orienter vers le tourisme et les loisirs sportifs.
  • Poursuivre en master pour passer les concours de l’enseignement (CAPEPS) (nouvelle fenêtre), principalement après le parcours éducation et motricité ou un master proposant une orientation dans l’encadrement au sein des sports de compétition, l’animation sportive, la gestion du sport…
  • Après la licence STAPS, vous pouvez aussi passer le concours pour devenir lieutenant de sapeur-pompier. Pour accéder à ce concours (catégorie A), il vous faut être âgé d’au moins 20 ans et être titulaire d’un titre ou d’un diplôme bac+3 (licence) dont STAPS.

tableau coursstaps

Où se former ?

De nombreuses universités réparties dans toute la France proposent une licence STAPS.

Consultez la liste de tous les établissements qui forment à la licence STAPS (nouvelle fenêtre) sur le territoire.

Mais pour se former aux métiers du sport, il n’y a pas que les STAPS !

De niveau CAP (certificat d’aptitude professionnelle), ce diplôme propose trois spécialisations : loisirs de pleine nature, loisirs du jeune et de l’enfant et loisirs tout publics. Accessible dès 16 ans, elle s’adresse aux jeunes souhaitant devenir animateur dans une association sportive.

Ce brevet est accessible dès 18 ans et le baccalauréat n’est pas obligatoire, mais il faut avoir un bon niveau dans la discipline choisie. La formation comprend 28 spécialités : des sports communs (randonnée, cyclisme, rugby) aux plus singuliers (parachutisme, activités du cirque, escrime). Elle permet de former des éducateurs sportifs, entraîneurs ou animateurs.

De niveau Bac+2, ce diplôme est préparé dans des centres de formation publics ou privés. Le parcours comporte deux spécialisations : perfectionnement sportif ou animation socio-éducative ou culturelle. Il forme aux métiers d’entraîneur sportif, coordinateur responsable d’une structure médicale ou socioculturel…

Diplôme de Bac+3, accessible sur concours. Il permet de former des directeurs sportifs ou socioculturels dans une structure (association, entreprise…) ou des entraîneurs de haut niveau dans une discipline.

6890c54fbe6e138a521db7d4add67cd5

Publicités

La Cité des métiers : un outil pour la formation, l’emploi et l’insertion professionnelle

26 Avr

La Cité des métiers est un lieu de ressources et de conseils dédié à la vie professionnelle, ouvert à tous les publics, jeunes ou adultes, scolarisés ou déjà engagés dans la vie active, à la recherche d’un emploi ou non, en accès libre, anonyme et gratuit.

  • Sa mission :

Créée en 1993 au sein de la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, la Cité des métiers est un espace multi-partenarial de 600 m2. En collaboration avec  une cinquantaine d’organismes partenaires aux actions complémentaires, elle est un lieu unique de conseils et de ressources documentaires destiné à un public en recherche d’information dans le domaine de l’orientation, de la formation, de l’emploi… Son atout est de réunir des professionnels issus de différents organismes qui partagent leur connaissance au service du public : mutualisation des ressources documentaires, des pratiques, mise en commun de ses outils et des ses expériences…

Extrait de la Charte des Cités des métiers (nouvelle fenêtre) :

La Cité des métiers intervient sur tous les champs de la vie professionnelle. Elle a donc pour vocation d’accueillir tous les publics quels que soient le statut, l’âge, le niveau d’étude ou de qualification, ou l’appartenance à une catégorie professionnelle ou géographique.

  • Ce qu’on y trouve :

La Cité des métiers de La Villette (nouvelle fenêtre) s’organise autour de cinq pôles :

  1. Choisir son orientation
  2. Trouver un emploi
  3. Changer, évoluer, valider ses acquis
  4. Créer son activité
  5. Organiser son parcours professionnel et de formation

Livres, livres numériques, revues, fiches métiers sont en accès libre et il est possible d’emprunter des documents avec la carte de la bibliothèque.

Sélection de sites internet, logiciels, bases de données pour s’informer sur les métiers, la scolarité et les études.

-Rencontrer un conseiller d’orientation, un conseiller à l’emploi, en formation continue, en bilan professionnel… sans prendre rendez-vous et gratuitement. Les entretiens sont fondés sur la qualité de l’écoute et du conseil. Par l’autonomie que la Cité des métiers offre aux personnes, elle donne les moyens de construire et mettre en œuvre leur projet professionnel.

S'orienter après la 3ème ou la Snde

-Participer à des ateliers, conférences, rencontres avec des professionnels sur une thématique… Soutenue par le ministère du travail, de l’emploi, de la formation et du dialogue social, la Cité des métiers de Paris propose tout au long de l’année une variété d’évènements. Vous pouvez retrouver la programmation sur leur site internet (nouvelle fenêtre) ou sur leur Facebook (nouvelle fenêtre).

Voici quelques exemples de thèmes d’ateliers à venir : Vers un nouveau métier ; Immigrer, travailler et vivre au Québec ; Information couveuse ; Valoriser ses compétences professionnelles.

La Cité des métiers, c’est aussi un réseau (nouvelle fenêtre) composé de 26 Cités des métiers non seulement en France mais aussi en Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Chili, République de Maurice, Canada.

Zoom sur le métier de… brasseur

15 Mar

Voici un métier artisanal qui a le vent en poupe et qui séduit. De nombreuses bières régionales fleurissent avec leurs spécificités et leur originalité.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Consommez avec modération.

Résultat de recherche d'images pour "metier brasseur"

 

Ce métier a connu une perte de vitesse depuis le début du XXème siècle. En 1980, il ne restait que 20 brasseries dans tout l’hexagone. Puis l’intérêt pour ce métier est réapparu. Aujourd’hui, on compte plus de mille brasseries sur le territoire.

On estime l’invention de la bière aux alentours de 6000 ans avant J.C. en Mésopotamie (Nord-Est de la Syrie et Nord de l’Irak actuels). À cette époque on appelait cette boisson Sikaru (Pain liquide) et elle constituait la base de l’alimentation. En effet, la bière était faite à partir de petites galettes d’épeautre et d’orge cuites au four que l’on faisait tremper dans l’eau. Pouvait alors commencer la fermentation qui produit de l’alcool. Ce processus rendait les céréales digestibles. Ce breuvage pouvait être additionné de cannelle, de miel ou d’autres épices. Le Sikaru apprécié et connue des peuples de Chaldée (maintenant Irak, Koweït) et d’Assyrie (Syrie,Liban,Palestine), il devient monnaie d’échange et commence à se répandre et se disséminer à travers le monde.

Si cet artisanat suscite un engouement et qu’il se développe, il reste un métier de passionné et il n’existe pas de formation spécifique.

Cependant, vous pouvez consulter la fiche métier (nouvelle fenêtre) ainsi que sa description et plus d’informations si vous le souhaitez, sur le site du CIDJ.com (nouvelle fenêtre).

Si le travail de brasserie de bière vous paraît nébuleux et que vous souhaitez en savoir plus, vous aurez l’opportunité de rencontrer des brasseurs parisiens lors du Salon des Brasseries artisanales Parisiennes (nouvelle fenêtre).

 

Salon des Brasseries Artisanales Parisiennes #2

Ce salon se tiendra samedi 17 mars 2018 à l’Institut Supérieur Clorivière à Paris de 10h à 20h. Seront reçus dans cet espace plus de vingt brasseries artisanales d’Île-de-France. Vous pourrez ainsi découvrir les produits mais aussi découvrir le métier de brasseur.

%d blogueurs aiment cette page :