Archive by Author

Les 10 meilleures villes d’Europe où trouver un travail

26 Nov

 

98% des 25-35 ans, rêvent de s’expatrier contre 83% pour les autres générations. Partir travailler à l’étranger, mais où ? Une étude, menée par Movinga (nouvelle fenêtre), entreprise spécialisée dans le déménagement, et publiée mercredi 21 novembre 2018, fournie des résultats intéressants. Basée sur l’analyse de « trois domaines clefs »: la santé économique des entreprises, le niveau de vie de la population et l’intégration des jeunes gens, des femmes et des expatriés dans la population active, Movinga a réalisé un classement des 100 meilleures villes du monde pour trouver un emploi. A partir de celui-ci, Capital a dressé son top 10 des meilleures villes d’Europe où trouver du travail (article de Samuel Shalom du 21/11/2018) (nouvelle fenêtre).

1. Munich

Arrivée en tête du classement, Munich est la troisième ville d’Allemagne par sa population, derrière Berlin et Hambourg. Elle accueille les sièges de grandes entreprises comme Siemens, Allianz ou BMW. Ses avantages : peu de difficultés pour les expatriés à trouver du travail, un emploi des jeunes très dynamique, ou encore de faibles dépenses de santé. Son principal inconvénient : c’est la ville la plus riche et la ville la plus chère d’Allemagne. Le prix moyen du loyer munichois représente avec 18,06€ par mètre carré plus du double prix moyen allemand. Le coût de l’alimentation et des sorties est également plus élevé (source: EuroRekruter.com « Travailler en Bavière ») (nouvelle fenêtre).

2. Hambourg

Cette ville portuaire allemande est le deuxième port d’Europe de part son activité maritime juste derrière Rotterdam (Pays-Bas). Ses atouts : de faibles dépenses de santé, un bon niveau d’emploi des jeunes, également un faible écart salarial entre hommes et femmes. La ville est considérée comme un lieu d’innovation et le centre régional pour l’art, la musique et la culture en général.

3. Stuttgart

Son taux global d’emploi est élevé, de faibles dépenses de santé pour ses habitants et de grandes facilités pour les jeunes à trouver un emploi. Pour les férus d’automobile, des entreprises du secteur comme Mercedes-Benz, Maybach ou encore Porsche y sont implantées. Elle fait partie aussi de l’une des nombreuses villes allemandes plébiscitées pour sa qualité de vie.

4. Londres

La capitale britannique bénéficie d’une effervescence du milieu des startups, d’une bonne croissance du PIB et d’un important taux d’emploi des expatriés. Ses plus : l’accessibilité des transports en commun, la variété et la qualité de ses théâtres et restaurants. Le seul « point noir », tout comme Paris, le prix des loyers très élevé. « Sky is the limit » (qu’on peut traduire par tout est possible) : la motivation compte bien plus que l’expérience et tout le monde a sa chance ! L’évolution professionnelle et l’augmentation régulière des salaires sont d’ailleurs les deux raisons qui poussent 47% des expatriés Français à prendre un aller simple en Eurostar. (source: welcomtothejungle.co « Les pays où aller travailler en 2018 » par Anouk publié en janvier 2018) (nouvelle fenêtre).

5. Oslo

Capitale de la Norvège, elle se place en cinquième position de ce classement. Movinga reconnaît à la cité norvégienne un faible écart de salaire entre hommes et femmes, de faibles dépenses de santé, mais aussi un fort taux d’emploi des expatriés. Les bons plans pour ne pas rater son installation en Norvège (source: start.lesechos.fr « S’expatrier en Norvège ») (nouvelle fenêtre).

6. Francfort

C’est l’une des plus importantes capitales financières d’Europe, avec Londres et Paris, notamment du fait de la présence du siège de la Banque centrale européenne. On compte ainsi plus de 498 banques et de nombreux sièges sociaux au sein de son célèbre quartier des affaires. Dans le classement effectué par Movinga, Francfort se distingue par son taux global d’emploi, ses faibles dépenses de santé pour ses habitants ou même son bon niveau d’emploi des jeunes.

7. Edimbourg

Capitale de l’Écosse, arrive à la septième place des meilleures villes d’Europe où trouver un emploi. L’agglomération se caractérise notamment par des faibles dépenses de santé, un important taux d’emploi des expatriés ainsi que pour l’emploi des jeunes. Édimbourg possède la particularité d’être l’une des villes les plus productives du Royaume-Uni, ceci tous les secteurs économiques confondus. Cela s’explique sans doute par la concentration de jeunes entreprises, d’entrepreneurs et de start-up. (source: expat.com « Travailler à Edimbourg ») (nouvelle fenêtre)

8. Cologne

La cité germanique est en avance dans l’emploi des jeunes et les opportunités pour les femmes. De plus, de nombreuses entreprises siègent à Cologne, que ce soit dans le secteur de l’automobile (Ford, Toyota), l’informatique (Microsoft, Electronic Arts) ou encore le transport aérien (Lufthansa).

9. Berlin

La capitale allemande offre un bon équilibre entre opportunités d’emploi, logements de qualité et une vie culturelle animée. Les opportunités de travail y sont en effet nombreuses, notamment dans le domaine du web, mais le marché de l’emploi y est extrêmement concurrentiel. Elle a attiré entre 14.000 et 20.000 Français qui y sont présents. (source: connexion-emploi.com « Trouver un emploi à Berlin sans parler allemand c’est possible? ») (nouvelle fenêtre).

10. Hanovre

Hanovre demeure le premier pourvoyeur d’emplois de la région grâce à la présence de nombreuses grandes entreprises allemandes telles que : Volkswagen Commercial Vehicles, DHL, Deutsche Bahn ou Sennheiser. (source: Expat.com « Travailler à Hanovre ») (nouvelle fenêtre). Effectivement, des postes sont disponibles dans différents secteurs, plus particulièrement l’usinage, la construction automobile, les technologies de l’information et de la communication, la santé, les services financiers,… Le tourisme, qui a connu un développement considérable au cours des dernières années, fait à présent partie des principaux secteurs recruteurs de la région.

En définitive dix villes européennes qui offrent des opportunités d’emploi avantageuses avec en plus une qualité de vie certaine. Alors prêt(e)s à partir?

Quelques ouvrages que vous pouvez consulter sur La Médiathèque en ligne (nouvelle fenêtre):

    

 

Publicités

Aller travailler avec son animal, c’est possible

12 Nov

 

Aux États-Unis, emmener son animal au travail est une pratique déjà très développée, et le 24 juin est même la journée du « Take Your Dog To Work ». En effet, près d’un cinquième des entreprises américaines serait « Pet Friendly ». En France certaines entreprises s’y sont mises depuis quelques années. B.R.E.F. vous en dit plus.

Déjà que dit la loi ?

La législation française n’inclut aucune interdiction formelle quant à la présence des animaux sur le lieu de travail. Néanmoins, il existe des secteurs où les animaux de compagnie sont strictement interdits comme l’administration publique, les établissements de santé et le secteur alimentaire.

C’est au règlement intérieur de chaque société de préciser les conditions qui s’appliquent à l’employé souhaitant venir au travail accompagné de son animal. 76% des français savent que l’on peut emmener son animal au travail. Toutefois, 81% ignorent si leur convention collective autorise la présence d’un animal dans leur société. Pourtant, les entreprises qui acceptent les animaux ont une image moderne et en avance sur leur temps pour 98% des français.

Dans le cas où le règlement intérieur n’interdit pas la présence d’animaux de compagnie dans l’entreprise, il est cependant indispensable de demander l’autorisation à son patron. D’en informer les collègues en demandant leur approbation car ces derniers peuvent être allergiques voire phobiques. C’est pourquoi il est indispensable d’être couvert par une bonne assurance en cas de dégât. Qui dit nouvel environnement pour l’animal dit possibilité de détériorer du matériel, de mordre un collègue… Le propriétaire en est responsable dans les locaux de l’entreprise.

Alors pourquoi emmener son animal au travail ? Selon une enquête réalisée par le site Wamiz datant du 19/05/2017 (nouvelle fenêtre), 13 % des sondés déclarent passer leur journée en compagnie d’un animal, qu’il s’agisse du leur, de celui d’un collègue et de l’entreprise. Et 84 % des répondants rêvent d’évoluer dans un environnement où les animaux de compagnie seraient les bienvenus.

 

De ce fait, certaines entreprises, comme SantéVet, entreprise lyonnaise, l’ont bien compris. Depuis quelques mois, le leader français de l’assurance santé animale, autorise ses salariés à venir au travail avec leur chien.

Jérôme Salord, PDG et fondateur de SantéVet : La présence des chiens contribue à améliorer le dialogue entre les salariés et à détendre l’atmosphère et, par ricochet, à mieux servir nos clients.

C’est ce que nous apprend l’article « Lyon : aller au travail avec son animal de compagnie c’est possible » de Romane Guigue sur Lyon Capitale.fr publié le 28 octobre dernier (nouvelle fenêtre).

En France il existe des sociétés estampillées pet friendly. À ce titre, les Trophées Pet Friendly à la française nouvelle (fenêtre), pour leur deuxième année, ont récompensé en octobre dernier  les établissements accueillants les animaux de compagnie. De même, l’Alliance européenne du Pets at work (nouvelle fenêtre) a vu le jour à l’initiative de l’entreprise influente Purina, spécialisée dans l’alimentation animale. Son objectif : convertir 200 entreprises d’ici 2020 (nouvelle fenêtre). Ce qui démontre bien qu’il y a des avantages à venir travailler avec son animal.

Les bénéfices pour l’entreprise

Il est prouvé que la proximité avec un animal réduit le stress et contribue à une meilleure efficacité au travail. Un autre avantage lié à la présence d’un animal au bureau, c’est la hausse de productivité. À noter aussi que le taux d’absentéisme baisse remarquablement lorsqu’une entreprise autorise la présence d’un animal dans ses locaux. Les sociétés « pets lovers » renvoient une image de boîtes modernes et chaleureuses.

Deux vidéos mettant en évidence les bienfaits de la présence d’un animal au sein de l’entreprise :

 

Un management différent

1 Nov

Le management au sein des entreprises est en évolution constante. Améliorer la productivité de ses équipes tout en garantissant leur bien-être, se trouve être un des défis de taille pour de nombreux dirigeants. Concernant le bien-être au travail, voici quelques techniques originales et/ou aternatives de management repérées par B.R.E.F. sur Internet.

  • La danse en entreprise :

C’est une pratique très répandue aux États-Unis, de plus en plus de comités d’entreprise proposent à leurs salariés des programmes « bien-être des employés » et « travailleur heureux ». Et la danse en fait partie, c’est ce que nous apprend l’article Danse et Happy Worker publié le 16/05/2017 sur le site LeStudio (nouvelle fenêtre).

Ce qui fait qu’une équipe fonctionne, c’est qu’elle travaille sur la cohésion et la danse avance dans cette même direction. C’est exactement le même geste de symbiose qui s’opère en danse, notamment en couple comme la salsa : vous faites confiance à votre partenaire pour qu’il recule son pied gauche pour que vous avanciez votre pied droit, et inversement. Un exemple aussi simple que celui-ci avec l’univers de la danse qui met en évidence la confiance, et la confiance accordée à ses partenaires, essentiels pour faire bonne équipe.

  • Le Topchef-working :

Le team-building est une technique de management visant à solidifier les liens qui unissent une équipe ou un département, souvent autour d’un événement informel. Il peut s’articuler autour d’expériences communes amusantes, ludiques et/ou porteuses de sens. Il n’est pas toujours lié au domaine d’activité des collaborateurs.

La cuisine s’avère avoir de nombreuses vertus, entre autres, celles de réduire le stress et d’affirmer l’estime de soi selon l’article Manager comme un chef de Cindy Barrios publié le 11/07/2017 sur Managerattitude.fr – nouvelle fenêtre). Le team-building culinaire, derrière un aspect somme toute ludique, requiert de nombreuses compétences managériales. De la gestion de projet à la communication en passant par l’imagination et la créativité.

  • Le nude management :

« En retirant ses vêtements, on se défait de nos inhibitions, on se parle plus ouvertement, plus honnêtement ! », disait le psychologue David Taylor, spécialiste du travail en entreprise, lors du lancement du Naked Friday (voir l’article Naked friday, nu au travail pour fédérer l’esprit d’équipe d’Alexandre Roccard publié le  27/11/2015 sur Pubdecom.fr – nouvelle fenêtre), en 2009. Même si cette nouvelle tendance peut ne pas être du goût de tout le monde, l’équipe d’un web magazine de San Francisco, The Bold Italic, a accepté de tenter l’expérience durant un mois. Des réactions au départ hésitantes, puis au fil des jours la plupart ont joué le jeu.

« Un lien de confiance profond s’est tissé entre nous. Et notre productivité et notre créativité n’ont jamais été aussi fortes! », c’est ce que les dirigeants ont confié après l’expérience.

  • L’improvisation en entreprise :

Les bénéfices apportés :

  1. Une meilleure élasticité mentale (passer d’une idée à l’autre, évaluer si un concept est pertinent, réalisable)
  2. Une meilleure utilisation de l’espace et du contexte (idéal en réunion, lors de présentations client ou lors d’événementiel
  3. Le développement d’une vision créative et originale seul et en groupe (en improvisation comme en entreprise, la règle c’est d’écouter les autres)

Ainsi l’improvisation est axée sur l’exploitation de ses propres ressources, et permet de se mettre en scène. Le contexte du monde de l’entreprise peut inspirer des scènes d’improvisation : des collaborateurs émotifs, des clients versatiles, des fournisseurs mécontents… la vie réelle est une vraie source d’inspiration. Au travers de 2 à 3h d’exercices ludiques, une activité d’entreprise théâtrale va aider à donner une impulsion nouvelle à un groupe.

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à recourir à l’improvisation théâtrale dans le cadre de formations comme en témoigne cet article de Clémence Boyer, Demain on improvise, publié le 12/1/2018 sur Leséchos.fr (nouvelle fenêtre).

  • Le yoga corporate :

Depuis une dizaine d’années, les entreprises les plus innovantes et puissantes du monde ont instauré des programmes de yoga et de méditation destinés à leurs cadres et salariés. Elles sont d’ailleurs souvent bien placées dans le classement des « Great Places to Work ». Avec le yoga corporate c’est le yoga qui vient à vous jusqu’à votre chaise de bureau. C’est tout le défi de Anne-Charlotte Vuccino, fondatrice de Yogist (nouvelle fenêtre) qui a développé cette méthode adaptée aux troubles musculosquelettiques et au stress lié au travail.

Découvrez la vidéo de celle qui a fait rentrer le yoga dans le monde de l’entreprise :

 

Un ouvrage à lire en ligne sur La Médiathèque en ligne :

%d blogueurs aiment cette page :