Archive by Author

Les mad skills pour faire la différence

14 Fév

Les mad skills ou compétences hors du commun, originales voire extravagantes. Une tendance venue tout droit de la Silicon Valley qui séduit de plus en plus de recruteurs français. 

Vous vous souvenez avant, on avait tendance à indiquer nos loisirs somme toute assez « passe-partout » tels que la course à pied, la littérature, le cinéma,… tout en bas de notre CV, afin de mettre davantage en avant nos expériences professionnelles.

Désormais c’est fini. Par contre, si vous avez une passion pour un sport extrême, si vous avez fait de l’humanitaire ou vous venez d’un tout autre horizon professionnel, si vous avez des aptitudes atypiques en tout genre, tout ce qui montre votre originalité, n’hésitez pas à les mettre clairement en avant sur votre CV, sur les réseaux sociaux et lors de vos entretiens d’embauche. Aujourd’hui les recruteurs sont plus attentifs à la personnalité du candidat ou de la candidate. Vos mad skills sont une valeur ajoutée donc il est essentiel qu’elles apparaissent dès les premières lignes de votre cursus.

Michel Barabel, maître de conférence et coresponsable du M2 GRH à l’IAE Gustave Eiffel – Paris Est (nouvelle fenêtre), coauteur avec Jérémy Lamri, fondateur du Lab RH (nouvelle fenêtre), du livre « Les compétences du 21 siècle, comment faire la différence? » (Dunod, octobre 2018), en parle dans un article sur Linkedl : « L’avènement des compétences dites « mad skills » : comment la fonction RH doit se réinventer? » (source: 7×7 décrypter le présent, anticiper le futur) (nouvelle fenêtre)

 

 

Vous pouvez aussi consulter et télécharger ces ouvrages sur La Médiathèque en ligne (nouvelle fenêtre) :

    Les compétences du 21 siècle   

Publicités

L’intérêt de réseauter

21 Jan

Selon le site Keycoopt (nouvelle fenêtre), réseau de cooptation dédié au recrutement des cadres, uniquement 30% des offres d’emploi sont diffusées et accessibles à tous via des journaux, les réseaux sociaux et agences d’intérim. Réseauter s’avère indispensable pour trouver un emploi de nos jours. Alors comment se créer un réseau, le développer et en tirer profit ? B.R.E.F. vous dit tout.

« Le réseau est l’ancien bouche-à-oreille. Auparavant très local, il s’est développé avec Internet et les réseaux sociaux », précise Christine Galdo, ancienne DRH d’un établissement Best Western en Suisse, à la tête du cabinet Coaching Transition. (nouvelle fenêtre)

Tout d’abord il est essentiel de constituer son réseau à la fois personnel, professionnel et extra-professionnel ainsi que par le biais des réseaux sociaux. C’est dans un dossier pratique sur le réseautage que Pôle Emploi détaille en trois étapes comment bâtir et développer son réseau (nouvelle fenêtre).

Une fois constitué il convient de l’animer. Et ce grâce à des groupes d’échange sur les réseaux sociaux tels que LinkedIn ou Viadeo, à des conférences, des salons,… Michael Page (nouvelle fenêtre), cabinet de recrutement renommé, conseille d’entretenir une certaine connaissance du monde de l’entreprise, de son évolution et de ses perspectives, et de se tenir également informé des dernières tendances de son secteur.

« Il ne faut pas hésiter à participer à ces échanges d’information : ces interventions peuvent ouvrir le champ des possibles de l’un de vos contacts (et vice versa), montrer vos intérêts à vos contacts, et pourquoi pas vous positionner en tant qu’expert. » (source: article « Comment utiliser son réseau pour trouver un emploi ») (nouvelle fenêtre)

En mai 2015, une étude a été menée par HEC au Féminin, HEC Alumni, Ipsos et le Boston Consulting Group, dans le cadre du Prix Trajectoires, intitulée « Les réseaux professionnels comme facteur de réussite : paradoxes et divergences » (nouvelle fenêtre). Celui-ci a permis d’apporter un éclairage sur ce qu’on appelle un bon réseau professionnel aujourd’hui et comment les actifs construisent le leur.

Enfin, faire en sorte d’organiser des rencontres. Pour ce faire il existe des plateformes de réseautage comme par exemple Meet Up (nouvelle fenêtre) ou Eventbrite (nouvelle fenêtre) qui listent des événements dans le monde entier. Les groupes, les pages et les événements Facebook, devenu le meilleur ami du réseautage. (source: article d’Ingrid Falquy « Networking : comment trouver des événements pour réseauter » paru le 25/04/2018 sur Les Echos Start) (nouvelle fenêtre) Des réunions ou rencontres ponctuelles sont souvent proposées par des organismes publics tels que l’APEC, l’AFPA, Pôle Emploi. La liste est bien sûr non exhaustive.

Vous pouvez consulter ces ouvrages sur Le site de La Médiathèque :

             

Le mobile de plus en plus utilisé pour postuler à un emploi

10 Jan

En France, les candidats en poste sont de plus en plus nombreux à utiliser leurs smartphones pour rechercher un emploi. Le recrutement en ligne ou « m-recrutement » est de plus en plus d’actualité en sachant que plus de 20 millions de Français sont des mobinautes. HelloWork (RegionsJob, ParisJob, Cadreo et BDM/job) a réalisé une enquête sur la recherche d’emploi et le recrutement en 2018 (source hellowork.com « enquêtes et publications » du 5/12/2018) (nouvelle fenêtre). Celle-ci montre une hausse de l’utilisation du smartphone pour 54% des actifs.

  • Le jobboard (nouvelle fenêtre) est le premier outil utilisé à la fois par les actifs (96% d’entre eux l’utilisent) et les recruteurs (91%).

My-Rocket (nouvelle fenêtre) (traduit en français par « ma fusée »), une nouvelle application disponible sur Google Play (nouvelle fenêtre) et l’App Store (nouvelle fenêtre) et lancée par Gauthier Bailleul (un entrepreneur picard), permet d’envoyer gratuitement huit candidatures par jour en cinq minutes à des entreprises susceptibles de vous recruter près de chez vous.

«La plupart des gens vont vers les jobboards type Linkedin ou vers les sites des entreprises, mais en France plus qu’ailleurs, il ne faut pas négliger la candidature spontanée», estime Gauthier Bailleul, qui s’appuie sur une enquête du Centre d’études de l’emploi : «Les candidats multiplient leurs chances par cinq en diffusant des candidatures spontanées. Des postes sont à pourvoir sans faire l’objet d’un appel à candidatures». (source: article de Bérangère Lepetit dans Le Parisien du 12/02/2018 « My-Rocket la nouvelle application qui veut vaincre le chômage ») (nouvelle fenêtre)

Jobr et Ahead Talent, deux applications américaines, elles, sont actuellement en pleine expansion. Un article paru sur Monster.fr nous en dit plus sur ces applications innovantes (source: article du 16/08/2017 « du speed dating au speed networking: la course aux jobs« ) (nouvelle fenêtre)

  • Seuls 12% des actifs n’accompagnent pas leur candidature d’un mail ou d’une lettre de motivation.
  • 54% des actifs candidatent depuis leur mobile (+32 points par rapport à 2017).
  • 78% des candidats estiment être impactés en tant que consommateurs par leur expérience candidat.
  • + de 50% des recruteurs passent moins d’une heure à rédiger une offre d’emploi.
  • Le savoir-être est un motif de refus d’une candidature pour 98% des recruteurs et une raison de faire des concessions sur les diplômes pour 85%.

Dans son enquête, HelloWork constate l’apparition de nouvelles pratiques et de nouveaux outils dans les processus de recrutement. La vidéo est beaucoup plus présente dans le quotidien des recruteurs : 17% utilisent un service d’entretien vidéo différé pour la préqualification des candidats et 18% pensent à le faire. De plus, 75% ont recours aux services de visio-conférence pour faire passer des entretiens (source: article du 04/01/2018 wuro.fr/réussir un entretien d’embauche en visioconférence) (nouvelle fenêtre).

À La Médiathèque :

60 exercices pour booster ma recherche d'emploiRecherche d'emploi secrets de prosRecherche d'emplois et resaux sociaux

%d blogueurs aiment cette page :