Archive by Author

Ça s’est passé le… 18 octobre 2000

18 Oct

 

Martine Aubry, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, démissionne le 18 octobre 2000 de ses fonctions ministérielles pour se consacrer aux élections municipales à Lille. Ce départ du gouvernement étonne, puisque les 35 heures ne sont pas encore entrées en application. Elle est remplacée par Élisabeth Guigou (nouvelle fenêtre).

 

Martine Aubry est ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle de 1991 à 1993. Lionel Jospin la nomme alors numéro deux du gouvernement, en tant que ministre de l’Emploi et de la Solidarité en 1997 et ce, jusqu’en 2000. Elle met en place la principale promesse du Premier ministre : la lutte contre le chômage avec la création d’emplois en instaurant plusieurs dispositifs publics, entre autres les 35 heures. Au cours de l’année 2000, près de 30 000 entreprises employant 2.8 millions de salariés, sont passées à 35h et ont prévu de créer 84 000 emplois.

Les lois Aubry sur la réduction du temps de travail (nouvelle fenêtre) site Travail-emploi.gouv.

L’article « L’odyssée des 35 heures » publié dans ce blog retrace l’histoire des 35 heures.

On lui doit notamment les emplois-jeunes, la loi de lutte contre l’exclusion (nouvelle fenêtre) et la couverture maladie universelle (CMU) (nouvelle fenêtre). Durant son mandat, elle réussit également à combler le déficit de la Sécurité sociale (nouvelle fenêtre).

 

Publicités

La reconversion professionnelle en 2018 : quoi de neuf ?

4 Oct

Selon une étude réalisée par Odoxa en 2017(nouvelle fenêtre), 85% des Français seraient favorables à une reconversion professionnelle. La plupart d’entre eux est d’avis qu’il est bon de changer de métier au moins une fois dans sa vie et juge la reconversion comme une opportunité plutôt que comme une contrainte liée au chômage. B.R.E.F. s’est penché sur la question.

Changer de carrière professionnelle attire de plus en plus de Français. La preuve : 50% des actifs auraient déjà changé de métier au moins une fois dans leur vie (dont 60% des 50-64 ans) et le reste de la population est deux fois plus tenté par l’opportunité (32% des actifs pourraient « changer de métier sans que l’occasion ne se soit pour le moment présentée ») tandis que 17% affirment qu’ils ne pourraient pas changer de métier.

Du côté de la formation professionnelle, ce qui va changer :

Tout d’abord la réforme de la formation professionnelle, prévue par le gouvernement, a pour objectif de simplifier un système devenu trop complexe et de donner la liberté à chacun de choisir sa formation et de se former quand il le souhaite.

« Parce qu’aujourd’hui, souligne Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, notre système de formation professionnelle n’est pas juste et aggrave l’inégalité des chances. Les ouvriers ont deux fois moins de chance d’être formés que les cadres, les salariés des TPE-PME ont deux fois moins de chance que ceux des grandes entreprises. » 

  • Ainsi le gouvernement va faire évoluer le compte personnel de formation (CPF) (nouvelle fenêtre) afin qu’il soit consolidé comme « un droit personnel » et qu’il soit surtout beaucoup plus pratique. L’ambition de ce CPF nouvelle génération est de former 4 à 5 fois plus de personnes chaque année. À l’heure actuelle crédité en heures, ce compte le sera en euros à partir du 1er janvier 2019.
  • Le congé individuel de formation (CIF) (nouvelle fenêtre), dispositif jusqu’à présent utilisé pour évoluer professionnellement et/ou se reconvertir avec une formation de longue durée, laissera place au CPF de transition à compter de cette même date.
  • La réforme prévoit également la mise en place d’une appli web qui simplifiera l’accès à la formation. Cette application CPF permettra d’identifier une formation et de s’y inscrire directement. Elle devrait être exploitable à la rentrée 2019.
  • Le Conseil en évolution professionnelle (CEP), mis en place depuis 2015, est un service gratuit qui permet aux salariés, demandeurs d’emploi, indépendants, artisans… de faire le point sur leur carrière professionnelle. Il permet de bénéficier de conseils personnalisés pour changer de métier, évoluer dans son entreprise… Ce dispositif d’accompagnement est renforcé avec la nouvelle loi du 1er août 2018 votée par le Parlement (nouvelle fenêtre).

La loi Avenir professionnel (nouvelle fenêtre) (article du blog du 13 septembre 2018) élargit les droits à l’assurance chômage en cas de reconversion :

« Après une démission pour reconversion professionnelle, les salariés pourront percevoir l’allocation d’assurance chômage dès le 1er janvier 2019. Conditions : démissionner en ayant un projet de création d’entreprise (nouvelle fenêtre) ou de reconversion professionnelle (nouvelle fenêtre) qui nécessite le suivi d’une formation. Ce projet devra être obligatoirement validé par une commission paritaire interprofessionnelle régionale. » (source: article du 31 août 2018 publié sur le site StudyramaPro.com)

 

              changez de vie professionnelle 

 

Le RGPD ça vous parle ?

24 Sep

Avez-vous entendu parler du nouveau règlement européen : RGPD ? RGPD signifie Règlement Général sur la Protection des Données. Jan Philipp Albrecht (nouvelle fenêtre) est l’un des principaux artisans du fameux RGPD, adopté et promu par le parlement européen en avril 2016 et applicable depuis le 25 mai 2018. Toute entreprise est amenée à recueillir et utiliser des informations personnelles sur ses contacts et ses clients. Ainsi afin de protéger la vie privée et préserver les libertés individuelles de chaque individu, le droit français prévoit des règles strictes à respecter sous peine de lourdes sanctions. B.R.E.F. vous en dit un peu plus.

Selon la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) (nouvelle fenêtre), les données personnelles concernent toutes les informations permettant d’identifier une personne (nom, adresse e-mail, numéro de sécurité sociale, adresse IP, etc.). Pour l’heure, de nombreux sites internet collectent les données personnelles de leurs utilisateurs sans que ces derniers en aient toujours conscience pour les utiliser à des fins statistiques et/ou marketing. La vente éventuelle de ces données par certains peut poser problème quant au respect et à la préservation des libertés individuelles.

Le RGPD est un règlement complexe qui s’inscrit dans la prolongement de la Loi française Informatique et Libertés de 1978 (nouvelle fenêtre) instaurant des règles sur la collecte et l’utilisation des données sur le territoire français. Les trois objectifs essentiels à retenir :

  • renforcer les droits des personnes, notamment par la création d’un droit à la portabilité des données personnelles et de dispositions propres aux personnes mineures
  • responsabiliser les acteurs traitant des données (responsables de traitement et sous-traitants)
  • crédibiliser la régulation grâce à une coopération renforcée à l’échelle européenne entre les autorités de protection des données qui pourront notamment adopter des décisions communes lorsque les traitements de données seront transnationaux et des sanctions renforcées. 

À qui s’adresse le RGPD ?

Il s’adresse à toute structure privée ou publique effectuant de la collecte et/ou du traitement de données. Le règlement s’applique à tous les organismes établis sur le territoire de l’Union Européenne, mais aussi tout organisme implanté hors de l’UE mais dont l’activité cible directement des résidents européens.

Pour mieux comprendre ce qu’est le RGPD voici une vidéo ajoutée par le journal Le Monde le 22 mai 2018 :

Le RGPD de La Médiathèque

Vous pouvez le consulter dans les mentions légales du site (nouvelle fenêtre) :

Le RGPD de La médiathèque de Levallois (site de La Médiathèque-nouvelle fenêtre)

Quelques ouvrages sur le RGPD que vous pouvez retrouver à La Médiathèque

          

%d blogueurs aiment cette page :