Ça s’est passé le… 19 mai 1874

19 Mai

berlines1

Le travail des enfants au XIXème siècle

Pendant des siècles, qu’ils vivent en ville où à la campagne, la plupart des enfants de famille modeste ont toujours travaillé dès leur plus jeune âge. À la campagne, ils aidaient leurs parents aux travaux des champs et à la garde des troupeaux ; en ville, ils étaient placés parfois loin de chez eux comme ouvriers dans des fermes ou chez des patrons. Au XIXème siècle, à l’heure de l’industrialisation, les enfants étaient une main-d’œuvre rentable pour les patrons : de par leur petite taille, ils pouvaient effectuer des travaux qu’aucune machine n’étaient en mesure d’exécuter et leur salaire , 4 à 5 fois moins élevé que celui d’un adulte ! Une présence bon marché d ’autant plus rentable qu’elle nivelait le salaire des adultes vers le bas ! Soumis aux mêmes conditions de travail et manque d’hygiène que leurs ainés, les enfants subissaient les mêmes risques, et travaillaient de onze à douze heures par jour parfois même  jusqu’à quinze heures. Les accidents étaient nombreux et les 3/4 des enfants se retrouvaient privés d’instruction….

enfants_textile

Au cours du XIXème, l’opinion se mobilise contre le travail des enfants.

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison, le même mouvement
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las… .

Victor Hugo

Face à une classe ouvrière grandissante, la question sociale, c’est à dire les conditions de travail, la protection du salarié et de ses droits, va devenir un enjeu politique qui va obliger l’État à légiférer notamment sur la protection des enfants.

En France, la toute première loi concernant le travail des enfants est promulguée la loi Montalembert « loi relative au travail des enfants dans les manufactures, usines et ateliers » (nouvelle fenêtre) . Elle fixe un âge minimum de 8 ans et limite le travail à huit heures pour les 8-12 ans, à 12 heures pour les 12-16 ans et interdit le travail de nuit pour les moins de 13 ans (entre 21 h et 5 h du matin).  Mais cette loi ne concerne uniquement que les entreprises de plus de 20 ouvriers. C’est dire que dans les campagnes et les petites entreprises,  le travail des enfants échappe complètement  à la législation.

Une deuxième loi est promulguée au lendemain de la Commune de Paris.

Loi du 19 mai 1874  sur le travail des enfants et des filles mineures employés dans l’industrie (nouvelle fenêtre)

La loi du 19 mai 1874 stipule l’interdiction du travail des enfants de moins de 13 ans, du travail de nuit pour les filles mineures et pour les garçons de moins de 16 ans. Le repos du dimanche devient obligatoire pour les ouvriers âgés de moins de 16 ans.

La Loi institue un service d’inspection composé d’un corps d’inspecteurs départementaux, nommés et rétribués par les Conseils généraux, chargés de veiller à son application, disposant du droit d’entrée dans les établissements afin de constater  et d’appliquer les contraventions par procès-verbal.

Certains secteurs industriels pourront cependant continuer à embaucher des enfants à partir de 10 ans pour une durée maximale de six heures maximum. Pour les plus de douze ans, le temps de travail est de … 12 heures.

La Loi prévoit cependant un temps nécessaire de pause pour l’accomplissement des devoirs religieux et « évoque » brièvement la nécessité de recevoir une éducation primaire. Il faudra cependant attendre les lois Ferry de 1881 (nouvelle fenêtre) pour que l’éducation devienne obligatoire.

Toutefois, faute de moyens humains, la portée de la loi du 19 mai 1874 sera très limitée dans les faits. Jusqu’en 1914, malgré la mise en place du système de contraventions, elle est difficilement mise en œuvre. Les enfants continueront de travailler dans les champs, de peupler les usines, les ateliers et les galeries de charbon !

maxresdefault

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :