Ça s’est passé le… 6 mai 2010

6 Mai

6 mai 2010: 14 heures 42 minutes 44 secondes… les cours du Dow Jones s’effondrent. Tous les voyants des entreprises cotées en bourse passent au rouge en quelques secondes. Dans un contexte économique défavorable, les analystes vont d’abord penser à une action délibérée des traders en réaction à la crise grecque. Il n’en est rien !

Quand les robots prennent le contrôle de la bourse  

Flash-back d’un flash-crash !

Tout débute par un ordre de vente, donné par un coursier sur des contrats à terme (nouvelle fenêtre) pour un montant de 4 milliards de dollars. Cet ordre a été  effectué  au moyen d’un algorithme, « le Trading Haute Fréquence » (nouvelle fenêtre). Mais l’ordre ne comporte pas de prix de vente !  Le « robot trader » en cause appartient à Waddell & Reed, un fonds de pension américain. Ne tenant pas compte de ce « petit détail », le robot passe mécaniquement plus de 3000 contrats de vente ! La conséquence est immédiate : en un clin d’oeil, le monde de la finance a basculé dans une spirale infernale ; achats et ventes s’accélèrent faisant s’envoler les cours sans justification. Les bourses sont déréglées et ne sont plus en lien avec la réalité du marché. Le marché financier se trouve déconnecté de la valeur réelle des entreprises actrices de l’économie. La notion de risque se profile.

Le « flash crash » aura duré en tout et pour tout quatorze minutes ! Des millions d’euros partiront en fumée….

fin article

Le flash-crash boursier : le risque à haute fréquence !

Un tiers des transactions à la Bourse de Paris sont réalisées par ces robots ultrarapides. La Bourse de Paris se situe hors de France, dans la banlieue de Londres à Basildon. Elle a l’allure d’un hangar hautement sécurisé et vous n’y trouverez pas beaucoup de  traders !

humour traderLes hommes ont été remplacés par ces fameux programmes informatiques capables de vendre et d’acheter des actions en quelques secondes. Et, si Euronext, qui gère la Bourse française, assure  qu’un tel effondrement éclair ne peut se produire en France, l’Autorité française des marchés (nouvelle fenêtre) prouve le contraire : compte tenu de la vitesse et de l’automatisation des ordres des mini flash-crashs peuvent à tout moment intervenir et provoquer un risque majeur d’effondrement des marchés.

Les autorités tentent de mettre tout en oeuvre pour réguler ces pratiques  mais semblent dépassées par les événements. En France, la commission des Finances du Sénat a adopté en 2012 un amendement « visant à encadrer un peu plus le Trading Haute Fréquence ». Le texte (nouvelle fenêtre) oblige les plateformes boursières à adopter une grille tarifaire limitant le nombre d’ordres passés, un moyen de limiter la course au trading haute fréquence qui n’a de cesse de s’accroitre et qui pourrait bien mettre en péril la stabilité de l’économie mondiale.

bourse dollar chute

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :