Ça s’est passé le…19 novembre

19 Nov

Effervescence à la cour de Versailles sous Louis XV ! On y échange entre savants, on se presse autour du roi pour obtenir des financements, on impressionne les dames avec des expériences déroutantes et on expérimente autour de l’abbé Nollet.

 

L’abbé Nollet ? Une rue de Paris lui est dédiée, mais il est fort probable que ce nom ne vous dise rien excepté si vous êtes féru de sciences ou d’histoire des sciences. Et pourtant … il est une des figures les plus marquantes du XVIIIème siècle.

Né le 19 novembre 1700, Jean-Antoine Nollet est le fils d’humbles cultivateurs de la région de Compiègne. Formé en théologie à l’Université de Paris, il est consacré diacre en 1727 mais son inclination naturelle l’entraîne vers les sciences et tout particulièrement sur l’art d’enseigner la physique : il devient le fervent vulgarisateur de la physique expérimentale en France.

Il découvre la nature électrique de l’orage, perfectionne la machine pneumatique à vide, invente une machine à tailler les verres de lunettes, des appareils de physique dont l’électroscope à boules de sureau, puis l’électroscope à feuilles d’or, découvre l’osmose, s’intéresse à la pesanteur, à l’ouïe des poissons, à la formation de la glace…Chacune de ses découvertes est partagée, démontrée et invite à être expérimentée.

 

 

Il stimule la fabrication d’instruments scientifiques et encourage l’élite (hommes et femmes) à vérifier par eux-mêmes, les lois de la nature et fait de la physique « un plaisir d’amateurs et un divertissement à la mode ». Ainsi le succès est immédiat, quand en 1734, il ouvre un cours de physique ou « causeries expérimentales » avec sur une table ses machines, ses leviers, ses fourneaux et ses lentilles et n’affirme rien qui ne se traduise aussitôt en preuve. Toujours avec l’intention de rompre avec la routine et de faire du nouveau en pédagogie, il publie alors Programme ou idée générale d’un cours de physique expérimentale et Leçons de physique expérimentale en six volumes qui ont eu une dizaine d’éditions et qui ont servi à l’enseignement jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Il est nommé à la place de Réaumur à l’Académie des sciences en 1757, Académie qu’il va présider, et à partir de 1758, prend le titre et la fonction de maître de physique des Enfants de France, ce qui a pour effet d’installer définitivement la physique expérimentale à la cour.

Génial expérimentateur, extraordinaire artisan et passionné par l’art de transmettre ses découvertes, l’abbé Nollet élabore les fondements d’une éducation scientifique pour les deux siècles qui suivront et est considéré comme le précurseur de l’enseignement technique.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :