Ça s’est passé le … 25 juin

25 Juin

piscopia ok

25 juin 1678… À Padoue.

Une femme, Elena Cornaro Piscopia … et les clivages hommes-femmes s’estompent le temps d’une cérémonie… Oui, il existe des femmes cultivées, libres et intellectuelles dans ce XVIIème siècle où le statut de la femme est nié ! Et non, la quenouille n’est pas inexorable, oui, « l’esprit n’a point de sexe » (François Poullain de La Barre) pour preuve, Elena Cornaro Piscopia, la première femme diplômée à l’Université.

Un portrait de femme exceptionnelle

Issue de la plus haute aristocratie vénitienne, dès l’âge de sept ans Elena Cornaro Piscopia démontre une aisance intellectuelle hors norme que sa famille encourage en lui offrant le meilleur enseignement possible. Ses talents pluridisciplinaires n’en finissent pas d’éclore : non seulement musicienne virtuose, maîtrisant le clavecin, la harpe et le violon, elle parle aussi couramment le grec, le latin, l’hébreu, l’arabe, le français et l’espagnol ce qui lui vaut le titre exceptionnel de Oraculum Septilingue, apprend au passage la grammaire, les mathématiques, la physique, l’astronomie, et est de surcroit une philosophe dont la renommée dépasse les frontières de la Vénétie… Son père, Giovanni Battista Corner, l’inscrit à l’Université de Padoue, le Pallazzo del Bò, l’une des plus anciennes universités au monde (fondée en 1222), réputée pour son esprit de tolérance dont la devise est « Universa universis patavina libertas » (la liberté de Padoue universelle et pour tous). Elle se révèle géniale en théologie et en philosophie…

Son parcours est sans faute, il va sans dire… Devant sa réussite à tous les examens, comme le veut l’usage, l’université veut lui décerner le Doctorat en théologie. L’Église s’y oppose : un Doctorat en théologie à une femme ? Inenvisageable ! Scandaleux ! On lui décernera un Doctorat en philosophie point final.

Ce 25 juin 1678, le tout Padoue ainsi que des délégations de plusieurs universités européennes se pressent dans la salle du Pallazzo del Bò, trop petite pour accueillir une telle affluence. Vite, on déménage la cérémonie à la cathédrale, on retient sa respiration pour l’écouter elle, Elena Cornaro Piscopia, discourir sans répit pendant une heure en latin et en grec sur Aristote. Tonnerre d’applaudissements à Elena Cornaro Piscopia, première femme au monde à être diplômée d’un titre universitaire !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :