Ça s’est passé un…2 avril

2 Avr

C’est dans l’histoire industrielle minière française que B.R.E.F. a repéré ce 2 avril 1904 pour illustrer sa rubrique « Ça s’est passé un… »

Le 2 avril 1904 marque la fin de l’exploitation d’une des mines argentifères la plus importante d’Europe de la fin du 19ème siècle : la mine de Pont-Péan.

Le sous-sol de Pont-Péan, petite commune bretonne située à 12 kilomètres au sud de Rennes, fut exploité sur 54 hectares pour la richesse de son minerai….

Une histoire chaotique…

L’exploitation de la mine de Pont-Péan connut en effet des périodes inégales d’activité.

C’est en 1628 que fut mis à jour un premier filon  de minerai de plomb : la galène (sulfure de plomb). Après avoir connu une longue période d’interruption de 1789 à 1844, interruption due déjà à cette époque aux difficultés soulevées par les infiltrations de la Seiche, la mine fut à nouveau exploitée dès 1843 après la découverte d’un autre minerai, de zinc cette fois : la blende.

À cette époque, grâce à l’évolution et à la mise en place des nouvelles techniques hydraulique, thermique et électrique, l’exploitation est relancée et la mine connait alors un formidable regain d’activité. L’accroissement de la production atteignit à la fin du 19ème siècle les 200 000 tonnes de minerais ; vingt et un puits étaient alors en activité, créant de l’emploi pour plus de 1000 ouvriers qui se partageaient le travail entre le fond et la surface….

 

Des conditions de travail pourtant difficiles

Les travailleurs du fond étaient regroupés en trois équipes effectuant chacune huit à dix heures de travail six jours sur sept. Ainsi 28 hommes, relayés toutes les quatre heures, actionnaient des pompes à « force de bras », deux manèges de dix chevaux faisaient fonctionner un appareil de pompage constitué d’un chapelet de seaux. Malgré les progrès techniques, l’extraction des minerais s’y est toujours effectuée manuellement, ce qui nécessitait un personnel considérable contraint à des conditions de travail particulièrement difficiles, compte tenu de l’étroitesse des galeries qui atteignaient 120 m de profondeur en 1794  et jusqu’à 600 mètres en 1904. Le mineur descendait dans les puits en s’éclairant d’une lampe à carbure afin d’ extraire le minerai avec une perforeuse et un marteau piqueur et travaillait dans une humidité permanente.

Les maladies y étaient donc particulièrement redoutables : à l’insalubrité due à l’humidité constante et au manque d’air,  s’ajoutaient les  émanations de plomb qui aggravaient la dégradation de la santé des mineurs… On recensa entre 1862 et 1904 pas moins de 103 accidents du travail dont 9 mortels.

La mine, exemple de l’évolution technique et cependant victime d’un élément naturel : l’eau. 

Si les travaux et les innovations se sont multipliées au cours du XIXème siècle (arrivée d’une machine à vapeur en 1853, construction d’un chevalement par Gustave Eiffel en 1893…), le coût, dû surtout à l’entretien des équipements techniques, finit par peser sur la gestion  financière de la mine. Au printemps 1904, la totalité de l’exploitation  ne put en effet faire face à une importante inondation de la Seiche, dont le débit de l’eau atteignit 4200 litres à la minute. Malgré les moyens mis en place pour résoudre les problèmes d’infiltration, toute la mine fut noyée : la mine ferma le 2 avril 1904 et la totalité des ouvriers fut mis subitement au chômage, ce qui  ruina l’économie locale….

Aujourd’hui à  Pont-Péan, comme sur tous les sites miniers  du Massif Armoricain, le souvenir de la mine reste bien vivace dans les mémoires.

En 1985, le bâtiment des bureaux de la mine fut inscrit sur l’inventaire des monuments historiques, ce qui permit à la commune de Pont-Péan de le sauver de la ruine en 1998. Les vestiges des puits sont désormais les témoins muets de ce qui fut l’une des plus grandes entreprises d’Ile et Vilaine…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :