Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. !

27 Juin

Travailconges_opt

Dernière ligne droite avant le début des vacances d’été, alors voilà les 5 news que B.R.E.F. a repérées pour vous cette semaine. Au menu :

– Dépenses en perspective avec le début des soldes d’été

– Nécessité ou pas de parler salaire lors d’un entretien d’embauche

– Visibilité sur les réseaux sociaux pour rechercher un emploi

– Chiffres du chômage en hausse

– L’indice Big Mac

  • Une étude qui tort le cou à une idée reçue!

Selon une enquête YouGov réalisée pour Ma-reduc.com, les hommes dépenseraient plus d’argent que les femmes pendant les périodes de soldes. Le budget féminin consacré aux vêtements pendant les soldes est de 85 % contre 78% pour les hommes, avec un panier moyen de 288€ pour les hommes contre 210€ pour les femmes. Enfin, le sondage précise que même si les Français avouent que leur situation financière s’est dégradée, ils seront tout de même 59 % à faire les soldes d’été.
Alors gare aux fausses promotions ! En effet, la législation ayant évolué, les consommateurs vont devoir redoubler de prudence pendant cette période. Les prix originaux n’étant plus soumis à un affichage obligatoire, il faudra donc se méfier des remises mensongères.

  • Parler salaire lors de son entretien d’embauche : une nécessité

92% des recruteurs estiment que le candidat peut aborder la question de la rémunération lors d’un entretien, selon une étude menée par le cabinet Robert Half. Idéalement lors du second rendez-vous, jugent près de 40% d’entre eux. « Comparativement à l’année dernière, 51% des DRH se disent davantage prêts à négocier les salaires des meilleurs profils », précise Robert Half. Certains (27,5%) préfèrent aborder la question de la paie au moment de la candidature ou lors du premier entretien quand un quart d’entre eux estiment que le salaire doit arriver à la toute fin du processus. Reste la question de la négociation. « Tout d’abord, il convient de connaître sa valeur réelle sur le marché à l’instant donné, d’annoncer un montant conforme à ses attentes et son marché et de s’y tenir. Donner une fourchette est prendre le risque de se voir proposer la fourchette basse », précise Olivier Gélis, Directeur général de Robert Half. De nombreux sites permet d’évaluer et comparer votre salaire, en fonction de votre secteur d’activité ainsi que de votre zone géographique.

  • Etre visible sur les réseaux sociaux : indispensable pour la recherche d’emploi?

Les cadres ont-ils surestimé l’importance des réseaux sociaux pour trouver un emploi ? C’est ce que l’on pourrait croire, en regardant les chiffres de récentes études. 40 % des cols blancs sont effectivement actifs sur LinkedIn, Viadeo et autres, alors que seules 8 % des entreprises s’en servent dans leur processus de recrutement, d’après l’Insee, et qu’ils sont utilisés dans  moins d’un recrutement sur trois, selon l’Association pour l’emploi des cadres.

  • Chômage : un nouveau record « non interprétable »

1862903lpw-1862984-jpg_2912521

Les chiffres du chômage pour le mois de mai, dévoilés ce mercredi, révèlent une nouvelle augmentation de 0,5%, avec 16 200 demandeurs d’emplois sans activité de plus. Et marquent un nouveau record, avec 3,55 millions de chômeurs. Le gouvernement relativise, évoquant une « procédure inhabituelle ». Le ministre du Travail, François Rebsamen, estime néanmoins que cette hausse est artificiellement gonflée par un changement de procédure « inhabituel ». « La statistique mensuelle des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi a été affectée ce mois-ci par un événement inhabituel (…) qui rend la donnée statistique non comparable aux mois précédents et donc non interprétable », indique-t-il dans un communiqué.

  • News insolite: combien de temps faut-il travailler pour s’offrir un Big Mac?

Cela s’appelle l’indice Big Mac, du nom du célèbre hamburger, vendu dans le monde entier. Le concept a été inventé par le magazine The Economist en 1986. Peu sérieux à l’origine, il est devenu un sujet d’étude pour plusieurs économistes, comme ceux d’UBS Wealth Management qui en ont tiré une analyse. Alors même qu’avant la crise, en 2006, 1 Parisien devait travailler 21 minutes pour acheter le hamburger. Cela indique que les salaires nets ont augmenté plus vite que le prix du sandwich de McDo. L’étude nous enseigne aussi qu’un Londonien doit toujours travailler 16 minutes, en 2006 comme six ans plus tard, pour se payer un Big Mac. Les Français sont logés à la même enseigne pour pouvoir croquer dans le fameux sandwich.

depart-don-thompson-pdg-mcdonald


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :