Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. !

6 Déc

5351622529_5d4c782817_mLe maître-mot de la semaine dans la presse : l’innovation. Entre création et tradition, elle se décline sous toutes ces formes.

 

 Le numérique : une innovation… en matière d’emploi ?

Cette semaine, Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, lance la 2ème phase de son label « French Tech » qui rassemble sous un même collectif l’ensemble des start-up françaises pour valoriser l’innovation en France et rayonner à l’international. Si les politiques souhaitent faire du numérique un secteur d’activité porteur d’emplois, la presse s’est interrogée sur la relation emploi-numérique et le constat est amer. Selon le Journal du Net, le numérique créerait des richesses mais pas d’emploi. L’interview de Régis Granarolo, président du Munci (une association d’informaticiens) dans Rue89 confirme ce propos. La plupart des gens considèrent que l’informatique est une branche où l’on trouve du travail mais la réalité serait beaucoup plus complexe puisque seuls les jeunes et les plus diplômés tireraient leur épingle du jeu.

Dans la catégorie innovation, les gagnants sont…

Le 2 décembre, l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a décerné ses Trophées de l’innovation qui récompensent les entreprises les plus prometteuses. Comme l’explique l’article du Monde, il s’agit de « montrer que l’innovation n’est pas l’apanage des nouvelles technologies et peut, au contraire, irriguer et dynamiser les industries traditionnelles et artisanales ». Et les lauréats sont :

  • Carmat : inventeur du premier cœur artificiel basé sur un fonctionnement physiologique ;
  • KissKissBankBank : plateforme de financement participatif ;
  • Mathieu Lustrerie : lustrier mondialement reconnu pour ses créations et restaurations de lustres anciens ;
  • l’université et le CHU de Bordeaux : 2 centres de recherche à l’origine d’une molécule utilisée pour traiter l’hémangiome infantile.

La Ville de Paris mettait à l’honneur également l’innovation, dans une perspective différente, en récompensant ses meilleures start-up grâce aux Grands Prix de l’Innovation. Découvrez la liste des lauréats ici.

Qui a dit que « berger » et « crémier-fromager » n’étaient pas des métiers innovants ?

Le Monde s’est intéressé à la nouvelle génération de bergers ainsi qu’à leur formation. Ces jeunes, citadins pour la plupart, veulent changer l’image du berger coupé du monde, post-soixante-huitard et montrer qu’il s’agit d’un métier moderne avec aspects techniques, scientifiques et lié aux préoccupations environnementales. Le responsable de la formation explique que « berger » est souvent un métier passerelle pour ces jeunes avant de créer des projets souvent innovants dans le domaine agricole ou artisanal.

L’occasion de rappeler que cette semaine, les fromagers-crémiers ont obtenu le label artisan, ce qui permet de créer une formation reconnue par l’État et de mettre en place des projets techniques relatifs à l’innovation et au développement.

Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. ! vous donne rendez-vous samedi prochain et d’ici là continuez à nous suivre !

Amandine D.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :