Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. !

11 Oct

NewsB.R.E.F. a repéré pour vous dans la presse cette semaine des témoignages d’anonymes qui font l’actu.

 

Loïc, Xavier, Jennifer, Mania : des jeunes Européens précaires

Mercredi, Le Monde a mis en avant les témoignages de 4 jeunes Européens en situation précaire : Loïc, un Français, Xavier, un Belge, Jennifer, une espagnole et Mania, une grecque. En effet, cette semaine, se déroulait le sommet sur la croissance et l’emploi des jeunes en Europe à l’initiative de François Hollande et Matteo Renzi, chef du gouvernement italien. Même si les médias affirmaient que ce sommet était éclipsé par le déficit français et qu’on en retiendrait peu de chose, des propositions  ont été faites pour amplifier l’effort consacré à l’emploi des jeunes. Ainsi, Paris et Rome veulent que la Garantie Jeunes passe de 6 milliards sur 2 ans à 20 milliards sur 4 ans afin de péréniser le projet et que le plan d’investissement de 300 milliards d’euros annoncé par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker soit utilisé pour lutter contre le chômage.

A voir : l’infographie réalisée par l’Express sur l’évolution des chiffres du chômage des Européens.

Nathalie et Isabelle : parler (ou pas) de son cancer au travail

Visuel_Campagne2012_GD[1]Ce mois d’octobre est dédié à la lutte contre le cancer du sein. La campagne Octobre Rose permet à la presse d’aborder les difficultés que peuvent rencontrer les femmes dans le monde professionnel et de rappeler quelques chiffres rapportés dans une étude de la Ligue contre le cancer. Un tiers des actifs malades d’un cancer ont quitté ou perdu leur emploi deux ans après le diagnostic. 92% des personnes qui ont perdu leur emploi après un cancer, l’ont perdu dans les 15 mois qui ont suivi le diagnostic.

Plusieurs témoignages nous éclairent sur cette épreuve : celui de Nathalie qui voyait son travail comme une échappatoire  à sa maladie et ceux d’Isabelle Denervaud et d’Isabelle Viennois qui ont choisi d’en parler ou non à leur travail.

Docteure Lima : gynécologue en Afghanistan

Si la situation des femmes s’est améliorée depuis la chute du régime taliban en 2001 notamment dans les grandes villes, l’accès à l’éducation, au monde du travail ou l’accès à la contraception et à l’avortement restent difficile. Le site du Monde relaie un article de New Statesman, un magazine britannique dans lequel est recueilli le témoignage de la docteure Lima, gynécologue en Afghanistan. Cette femme exerce dans l’est de l’Afghanistan, dans les régions pauvres et subit les menaces de mort des islamistes. Un témoignage poignant à lire.

Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. ! vous donne rendez-vous samedi prochain et d’ici là continuez à nous suivre !

Amandine D.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :