Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. !

22 Mar

Jef Aérosol face à la fontaine Stravinsky. Paris Beaubourg

B.R.E.F. a suivi l’actualité et repéré pour vous dans la presse cette semaine

 

  • Vous avez aimé la série suédoise Real Humans où dans un monde proche du nôtre, les hubots (human robots) ressemblent à s’y méprendre aux êtres humains qu’ils remplacent dans les tâches domestiques ? Alors ne manquez pas de lire l’article de Capital.fr en date du 17 mars qui lui aussi nous transporte vers un avenir proche et pose la question suivante : « Un robot va-t-il bientôt vous piquer votre job ? ».  Rêve ou crainte, réponse en ligne pour connaître « ces métiers où les salariés risquent d’être remplacés par des robots ».
  • Le lendemain, sur France inter, la revue de presse de Bruno Duvic prolonge le voyage temporel revenant sur une chronique de Benoît Georges dans Les Echos, qui cite un spécialiste en intelligence artificielle, ce dernier nous assurant que, oui, effectivement, « les robots auront un impact sur la société ». La question étant de savoir si nous sommes prêts à les accepter…
  •  Difficile retour à la réalité quotidienne avec l’article que Le nouvel Observateur du 18 mars consacre à la vague de suicides sans précédent chez Orange et qui nous rappelle que nous ne sommes pas des robots. En effet depuis le mois de janvier, le stress serait meurtrier dans l’entreprise de télécommunication. Absence de reconnaissance, d’écoute, objectifs inatteignables, pressions structurelles, sont quelques-unes des explications avancées prudemment par les représentants du personnel.  Le burn-out ou épuisement professionnel est un sujet trop souvent d’actualité qui nous interroge chaque jour sur la valeur travail, le sens qu’il revêt dans notre société et dans nos vies.
  • Se faire entendre c’est aussi l’enjeu, en ce jeudi 20 mars, des nombreuses manifestations de sages-femmes partout en France. Alors qu’une grève nationale a débuté au mois d’octobre 2013, le collectif des sages-femmes, qui a promis une semaine noire dans les maternités, se mobilise pour la reconnaissance de leurs compétences, une révision de leur statut et espère toujours être écouté par le gouvernement. La Voix du Nord, Le Figaro font le point sur les raisons de ce baby-blues.
  • Finissons sur une note optimiste avec le classement annuel des entreprises où il fait bon travailler établi par l’Institut Great Place to Work . Le magazine Challenges analyse cette enquête, et titre « Une surprise : un groupe 100% français se retrouve en tête des sociétés de plus de 500 salariés ».

Ça n’a pas échappé à B.R.E.F. ! vous donne rendez-vous samedi prochain et d’ici là continuez à nous suivre !

Christelle LP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :