Un métier d’avenir… Agriculteur urbain

25 Sep
Résultat de recherche d'images pour "agriculture urbaine"

 

 

De quoi s’agit-il ?

Face à la prise de conscience environnementale, à l’éloignement de certaines cultures des grandes villes où s’amasse énormément de population, l’idée selon laquelle la nourriture devait être plus près des consommateurs a fait son chemin. Le concept de la culture urbaine repose sur l’idée du circuit local entre les producteurs et les acheteurs.

L’AUP (nouvelle fenêtre) ou L’Agriculture Urbaine et Péri-urbaine s’est développée au fur et mesure ces dernières décennies. Le principe est de cultiver au cœur de la ville dans les multiples recoins de terre, les plate-bandes, les bacs à fleurs. L’association Incroyables Comestibles (nouvelle fenêtre) venue d’Angleterre s’est répandue très rapidement et de nombreuses villes attirent une multitude d’adeptes avec le partenariat des communes. Beaucoup d’initiatives ont vu le jour comme l’extraordinaire aventure de la ferme R-Urban (nouvelle fenêtre) à Colombes (Hauts-de-Seine).

 

 

Pour information : L’Observatoire de l’Agriculture urbaine et la Biodiversité (nouvelle fenêtre) suit de près l’évolution et l’étendue de ce phénomène. N’hésitez pas à consulter leur site qui regorge de documentation et de contacts.

A côté de cet élan citoyen, on voit émerger des agriculteurs urbains professionnels. Des innovations étonnantes permettent à des jeunes gens de produire grâce à l’agriculture urbaine. L’exemple de ces deux fils d’agriculteurs Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru qui cultivent des fraises en Seine-Saint-Denis dans des conteneurs recyclés et aménagés pour cette culture. Leur société Agricool (nouvelle fenêtre) remplit son carnet de commande et pourra livrer des fraises 4 fois par an à un prix 30% inférieur à celui des fraises bio.

En Californie, une autre entreprise s’est lancée dans l’aventure de l’agriculture urbaine. La société Plenty (nouvelle fenêtre) cultive à la verticale basilic, salades, menthe, fraises. Ces innovations remportent un franc succès et la qualité des produits est là.

Dans les locaux de Plenty, en Californie.

 

Certaines très grosses entreprises ont investi dans ces innovations agricoles, signe que ces idées ne sont pas dénuées d’intérêt.

Pour devenir agriculteur urbain il faudra évidemment avoir de solides connaissances horticoles et botaniques et aussi connaître les nouvelles technologies afin de mettre en place ces cultures dans des espaces très réduits.

A consulter la fiche Métier Agriculteur urbain (nouvelle fenêtre , ainsi que cet article de la cité des Métiers du Val-de-Marne (nouvelle fenêtre) et l’Étudiant (nouvelle fenêtre).

 

Sur le sujet vous trouverez ces titres à la Médiathèque:

  • La révolution de l'agriculture urbaine | Cockrall-King, Jenn      Paris, ville comestible : Guide de l'agriculture urbaine en 100 lieux | Laot, Gaëtan  Les villes du futur - Les fermes verticales | Castaignède, Frédéric (Réalisateur)

 

Publicités

C’est quoi l’entrepreneuriat social ?

21 Sep

Face aux changements actuels du monde du travail et de la société, de nouveaux modèles d’entreprises voient le jour. Plaçant l’efficacité économique et l’innovation au service des communautés et de l’intérêt général, l’entrepreneuriat social est un de ces nouveaux modèles.

Les entreprises sociales ont pour mission d’apporter des solutions collectives et innovantes aux problèmes sociaux. Elles ont la volonté de construire ensemble le monde de demain, un monde plus solidaire soucieux de respecter l’environnement. L’entrepreneur social (nouvelle fenêtre) constate souvent qu’il y a une urgence à agir et à promouvoir l’économie circulaire, des comportements plus responsables, de promouvoir l’efficacité économique au service de l’intérêt général.

  • L’entreprise sociale va avoir pour objectif de répondre à des besoins sociaux et environnementaux dans différents secteurs. En voici quelques exemples : accès aux soins et à la santé, accès à l’énergie, limitation du gaspillage, lutte contre le chômage, le vieillissement de la population, lutte contre l’exclusion, modes de consommation sains et durables, qualité des emplois…
  • L’entreprise sociale a un projet économique viable qui tient la route. Elle doit produire de la valeur, dégager des excédents et se développer sur le plan économique favorablement.
  • L’entreprise sociale s’engage à garantir une répartition équitable des excédents, en donnant la priorité au développement du projet d’entreprise.
  • L’entreprise sociale vise à mobiliser les citoyens, créer du lien, agir pour un projet social, favoriser l’action citoyenne. L’entrepreneuriat social (nouvelle fenêtre) est moteur de la mobilisation citoyenne. Être un entrepreneur social, c’est également être citoyen du monde.

Exemples d’entreprises sociales :

  • Fermes d’avenir (nouvelle fenêtre) : l’association Fermes d’avenir agit sur les territoires pour proposer des nouveaux modèles de fermes, inspirés de la permaculture. Le premier projet de recherche de l’association est la mise en place d’une micro ferme expérimentale en 2014 en Touraine : la ferme de La Boudaisière.
  • Ecopup (nouvelle fenêtre) : l’entreprise Ecopup agit pour la préservation de l’environnement par des gestes simples en proposant des verres réutilisables. L’objectif est de passer d’un bien jetable à un bien durable.

Longtemps considéré comme participant à une économie en dehors du système, l’entreprise sociale s’impose partout dans le monde comme une des réponses nouvelles aux défis que doivent résoudre les villes. Les entrepreneurs sociaux sont devenus des acteurs incontournables de la vie économique locale. Le Baromètre de l’Entrepreneuriat Social (nouvelle fenêtre) présente les enjeux clés et les tendances de ce secteur en France et à l’étranger.

Sites utiles :

Ashoka (nouvelle fenêtre) : association qui soutient l’innovation sociale en identifiant et en accompagnant les solutions entrepreneuriales les plus innovantes.

Mouves (nouvelle fenêtre) : mouvement des entrepreneurs sociaux

Avise (nouvelle fenêtre) : portail du développement de l’économie sociale et solidaire

Pour en savoir plus :

 

C’est dans cet esprit de changement et de sensibilisation des citoyens qui auront à cœur de transformer positivement la société dans laquelle ils vivent, que La Médiathèque de Levallois vous invite à la projection du film de Judith Grumbach Une idée folle  le 24 septembre 2017 à 15h, suivi d’un débat en présence de la réalisatrice. Une idée folle pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle. Retrouvez l’article du blog Cin’Eiffel présentant le film.

 

Ubérisation du travail, précarisation, nouvelle consommation ou innovation salutaire ?

19 Sep

L’ubérisation croissante de l’économie et du monde du travail suscite de nombreux débats. Grégoire Leclercq, auteur de Ubérisation : un ennemi qui vous veut du bien ? , et Pierre de Lubersac viendront à La Médiathèque de Levallois le 23 septembre 2017 à 15h nous éclairer sur le sujet. Un évènement à ne pas manquer !

Source : Les Rencontres de Liseur (1) : Ubérisation du travail, précarisation, nouvelle consommation ou innovation salutaire ?

Ubérisation

%d blogueurs aiment cette page :