Nouvelle aide à l’embauche des travailleurs handicapés

22 Oct

Inscrite dans le cadre de plan global de relance qu’a initié le gouvernement à la suite de la crise sanitaire et économique, cette nouvelle aide à l’embauche prévue par le décret du 6 octobre 2020 (nouvelle fenêtre) vise à dynamiser le recrutement des personnes en situation de handicap étant donné le contexte économique durci par la crise. B.R.E.F. vous en dit plus.

 « Avec cette aide, nous voulons favoriser l’embauche des personnes en situation de handicap. La crise que nous avons traversée ne doit pas nous faire oublier la nécessité de bâtir une société plus inclusive. Personne ne doit rester sur le bord de la route », a annoncé la ministre du Travail Élisabeth Borne.

Source : Démarches Administratives, article du 8 octobre 2020, une nouvelle aide à l’embauche de travailleurs handicapés (nouvelle fenêtre)

 

Qui est concerné ?

Limitée dans le temps, elle prévoit le versement de 4 000 euros maximum par salarié. Cette aide financière est attribuée aux entreprises et associations (secteur marchand ou pas) du privé, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité, qui embauchent entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021 un salarié ayant une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), en CDI ou CDD d’au moins trois mois et rémunéré jusqu’à deux fois le SMIC.

Quelles sont les conditions pour le salarié ?

Le salarié embauché doit avoir la reconnaissance de travailleur handicapé. Cela concerne principalement les personnes suivantes :

  • Salariés reconnus comme travailleurs handicapés par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (art L5213-2 du code du travail) nouvelle fenêtre).
  • Victimes d’accident du travail ou de maladie professionnelle (si incapacité permanente d’au moins 10%).
  • Titulaires de l’allocation adulte handicapé (AAH).
  • Titulaires d’une pension d’invalidité (si capacité réduite d’au moins des deux tiers).
  • Bénéficiaires du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre.
  • Sapeurs pompiers volontaires bénéficiaires d’une rente ou allocation d’invalidité.

Source : Culture-rh.com, nouvelle aide à l’embauche des travailleurs handicapés, article de Céline Le Friant, octobre 2020 (nouvelle fenêtre)

À noter qu’au mois de novembre 2020 se tiendra la semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, du 16 au 22 novembre, l’occasion de se sensibiliser et de s’engager en tant qu’entreprises :

 

Le congé de proche aidant

15 Oct

 

Qu’il s’agisse d’enfant handicapé ou de parent en perte d’autonomie, il est parfois nécessaire de mettre sa vie professionnelle entre parenthèses pour pouvoir venir en aide à un proche. Depuis le 1er octobre 2020, les proches aidants peuvent bénéficier d’un congé spécifique rémunéré. En leur reconnaissant un statut avec des droits, la loi de 2015 reconnaissait alors le rôle essentiel que jouent ces millions d’individus dans le maintien à domicile des personnes âgées ou dépendantes. Il a remplacé en 2017 le congé de soutien familial. L’indemnisation du congé de proche aidant va dans ce sens et permet ainsi une meilleure conciliation du rôle de ces proches avec leur vie professionnelle.

 

Qui peut en bénéficier ?

Tout salarié ayant plus d’un an d’ancienneté dans l’entreprise a droit au congé de proche aidant pour s’occuper d’une personne âgée, handicapée ou en perte d’autonomie, avec laquelle il réside ou entretient des liens étroits et stables. Il n’est pas obligatoire qu’il s’agisse de liens de parenté. Le congé peut aussi être demandé en cas de cessation de l’hébergement en établissement de la personne aidée.

Quel est le but de la mesure ?

C’est « pour qu’ils n’aient plus à choisir entre leur santé et leur engagement » que le gouvernement a choisi de permettre aux salariés de prendre « ce répit de plusieurs mois », explique Brigitte Bourguignon, la ministre chargée de l’Autonomie. Cela « leur permettra de se consacrer à leur proche sans sacrifier leur vie professionnelle et sociale », fait-elle valoir. Plus d’un proche aidant sur deux continue d’exercer une activité professionnelle en ​parallèle.

Source: Article de Tifenn Clinkemaillié du 7 octobre 2020, Les Échos, Cinq questions sur le congé de proche aidant (nouvelle fenêtre)
Quelle est la durée du congé ?

Dans le secteur privé, la durée du congé est fixée par convention ou accord collectif d’entreprise ou, à défaut, accord de branche. En l’absence de dispositions conventionnelles, le congé de proche aidant dure au maximum trois mois renouvelable jusqu’à un an pour l’ensemble de la carrière. Si l’employeur est d’accord, il peut se prendre sous forme fractionnée ou en temps partiel. En cas de fractionnement, la durée minimale de chaque période de congé est d’une journée.

Quel délai pour prévenir l’employeur ?

La demande de congé doit être formulée au moins un mois à l’avance, 15 jours en cas d’urgence. La prise de congé peut néanmoins être immédiate (et donc sans préavis) si l’état de la personne aidée se dégrade soudainement ou lorsque celle-ci se trouve en situation de crise nécessitant une action urgente du proche aidant. Pour renouveler le congé, le salarié doit prévenir son employeur 15 jours avant la fin de celui-ci. S’il désire reprendre le travail, l’employé doit lui adresser sa demande un mois avant la date prévue. Il peut également mettre fin de manière anticipée à son congé au moins un mois à l’avance. En cas de décès de la personne aidée, ce délai est ramené à 15 jours.

Est-ce que le congé peut être refusé par l’employeur ?

Si vous remplissez les conditions (notamment respect du délai de prévenance de l’employeur), le congé ne peut pas être refusé. La loi du 24 décembre 2019 a supprimé la condition d’une ancienneté minimale d’un an. Néanmoins, votre employeur peut rejeter votre demande de temps partiel ou de fractionnement.

Quelles indemnités pour les aidants ?

Les bénéficiaires toucheront une allocation journalière de proche aidant (AJPA), qui vise à compenser une partie de la perte de salaire, dans la limite de soixante-six jours au cours du parcours professionnel. Son montant : 43,83 euros par jour pour une personne vivant en couple et 52,08 euros pour une personne seule. Le nombre d’allocations journalières est limité et ne peut dépasser 22 jours au titre d’un mois civil. Les demandeurs d’emploi ne peuvent pas cumuler l’indemnisation avec les indemnités chômage. Ils doivent signaler à Pôle emploi le nombre de jours de congé pris dans le mois afin que les indemnités soient réduites du nombre de jours durant lesquels est servie l’allocation journalière de proche aidant.

Quelles sont les démarches ?

L’allocation journalière est versée par les caisses d’allocations familiales (CAF) sur demande du proche aidant qui doit adresser un formulaire homologué accompagné de pièces justificatives :

  • une déclaration sur l’honneur du lien familial du demandeur avec la personne aidée ou de l’aide apportée à une personne âgée ou handicapée avec laquelle il réside ou entretient des liens étroits et stables ;
  • une déclaration sur l’honneur du demandeur précisant qu’il n’a pas eu précédemment recours, au long de sa carrière, à un congé de proche aidant ou bien la durée pendant laquelle il a bénéficié de ce congé ;
  • la copie de la décision justifiant d’un taux d’incapacité permanente au moins égal à 80 % (si la personne aidée est un enfant handicapé à sa charge ou un adulte handicapé) ou la copie de la décision d’attribution de l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) au titre d’un classement dans les groupes I, II et III de la grille Aggir (lorsque la personne aidée souffre d’une perte d’autonomie).

Source: Quechoisir.org, Congé de proche aidant les règles à connaître (nouvelle fenêtre)

Pour en savoir plus :

Congé de proche aidant, service-public.fr, 30 septembre 2020 (nouvelle fenêtre)

À La Médiathèque :

Dépendance le guide pratique

J'aide un proche atteint de la maladie d'Alzheimer

 

 

Développement personnel et vie professionnelle

8 Oct

Considéré comme un levier de réussite et d’efficacité dans le monde du travail, le développement personnel est de plus en plus en vogue dans les entreprises. Il permet de s’enrichir et de valoriser son potentiel pour s’épanouir et atteindre ses objectifs, tout en permettant à chacun de mieux comprendre son fonctionnement émotionnel, cognitif et intellectuel.

Les diverses pratiques du développement personnel (nouvelle fenêtre) sont très utiles en management car elles relient des objectifs individuels et organisationnels. Elles permettent de développer de nouvelles compétences et les capacités de chacun pour être plus efficace dans son travail. De cette meilleure efficacité découlera une plus grande confiance et estime de soi. Le but est de booster sa carrière, prendre des responsabilités, se sentir bien au travail, d’améliorer sa façon de communiquer, de manager une équipe…

Dans cet article, nous vous proposons une sélection d’ouvrages sur ce thème. Vous y trouverez des outils, des techniques et des astuces pour se sentir à l’aise dans son environnement professionnel, pour rendre son quotidien plus épanouissant, améliorer ses performances et sa qualité de vie au travail. Ces documents sont accessibles en ligne sur le site de La Médiathèque. Pour y accéder, il suffit de vous connecter avec vos identifiants et mot de passe.

Réorienter sa vie professionnelle

 

 

 

 

 

 

Au delà des outils classiques d’accompagnement (coaching, outils de communication, maîtrise des réseaux sociaux, stratégie de réseautage, quel est le secret pour réussir ? Qu’est-ce-qui va faire la différence ? Comment créer les conditions d’un changement réussi ? L’auteur propose une méthode et des outils sur la mise en condition physique, mentale et émotionnelle, la maîtrise de l’expression orale, l’art de la relation et le développement de l’agilité nécessaire pour rebondir.

7 stratégies pour booster votre influence en réunion

 

 

 

 

 

Cet ouvrage donne les clés pour améliorer votre prise de parole en réunion et convaincre votre auditoire. Alors qu’on se forme de plus en plus à l’art oratoire, on est moins attentif à sa communication en réunion et pourtant les enjeux sont essentiels.

5 jours pour mieux organiser son travail

 

 

 

 

 

 

Alexandre Zermati indique une méthode en 5 jours pour redonner du sens à ses actions, automatiser son workflow (méthode choisie pour réaliser ses tâches), être productif sans stress, collaborer sans efforts, déconnecter plus facilement pour avoir plus de temps dans sa vie personnelle.

 

Inventer son futur professionnel

 

 

 

 

 

 

D’ici 2030, la notion de travail va changer. De nombreux métiers vont apparaître et d’autres disparaître. La capacité de s’investir successivement dans des métiers différents les uns des autres avec ou sans employeur sera primordiale. Ce livre présente des méthodes pour s’adapter aux évolutions des dix prochaines années.

Améliorer votre eficacité relationnelle

 

 

 

 

 

Comment communiquer efficacement au sein d’une entreprise, se faire accepter par ses collègues ? Comment fixer un objectif de travail ? Comment exposer ses idées pour obtenir l’adhésion de son équipe ? Cet ouvrage vous aidera à mettre en valeurs et exploiter vos qualités personnelles et vous permettra de développer des relations harmonieuses et efficaces au travail.

Partez à la découverte de vos talents

 

 

 

 

 

 

Nous avons tous des potentiels. Comment les débusquer ? Comment les repérer et les développer ? Après avoir déterminé votre dominante de potentialité, ce document vous dévoile comment faire de cette dominante un atout dans votre vie professionnelle. Partez à la découverte de vos talents !

%d blogueurs aiment cette page :