« Chantiers de France » : valoriser l’apprentissage dans les métiers de la construction et les métiers d’art

12 Déc

Un incendie a dévasté une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019. Suite à ce drame, le gouvernement a lancé l’opération « Chantiers de France » pour recruter des centaines d’artisans afin de reconstruire l’édifice, mais aussi rénover le patrimoine français.

Quels sont les objectifs de cette opération ?

  • Identifier les corps de métiers et les centres de formation nécessaires à la reconstruction
  • Faire connaitre et mettre en valeur  les métiers du patrimoine, de la construction et les métiers d’art
  • Sensibiliser et orienter les jeunes vers ces métiers en triplant le nombre de places réservées à l’apprentissage
  • Permettre à tous les jeunes le souhaitant d’apprendre un métier en adéquation avec les besoins recensés pour rebâtir Notre-Dame dans un délai de 5 ans fixé par le Président de la République.

Le coordinateur national du réseau des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) Régis Penneçot a déclaré :

« Les Chantiers de France » regrouperont les CFA et les lycées professionnels formant aux métiers d’art et de la construction. L’objectif est de reconstruire la cathédrale, mais aussi de former ceux qui interviendront lors des travaux. Ainsi, ce programme devrait permettre à un grand nombre de jeunes d’intégrer des professions en pénurie de main d’œuvre… Mais notre but n’est pas de nous focaliser sur la formation initiale des jeunes : nous misons aussi sur les personnes en reconversion.

L’opération « Chantiers de France » lancée pour promouvoir et accélérer la rénovation du patrimoine va développer des opportunités de formations et d’emplois. Pour rebâtir Notre-Dame, les « Chantiers de France » formeront et recruteront des artisans. Article de Rebondir, 23 avril 2019 par Fabien Soyez (nouvelle fenêtre).

L’apprentissage et les filières professionnelles fortement valorisés

Tous les secteurs de l’artisanat sont mobilisés pour mettre en place « Les Chantiers de France ». De nombreux charpentiers, couvreurs, maçons, tailleurs de pierre, vitraillistes, peintres décorateurs, sculpteurs, menuisiers, ébénistes, ferronniers, maîtres verriers… sont nécessaires à la reconstruction de la cathédrale. On estime que le chantier de la cathédrale pourrait mobiliser environ 500 personnes. Elles devront être hautement qualifiées pour respecter les techniques employées par les bâtisseurs du Moyen-Âge.

Il semblerait que reconstruire Notre-Dame ne pose aucun problème au niveau des compétences : la difficulté est de trouver des candidats pour exercer tous ces métiers, le secteur manquant actuellement de main d’œuvre.

L’apprentissage, que la loi « Avenir professionnel » du 5 septembre 2018 entend promouvoir, (voir article sur ce blog), est un très bon moyen de se préparer aux métiers d’art, de la construction et du bâtiment. Il existe 112 centres de formation d’apprentis (CFA) gérer par le réseau des des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA). D’ici 2020, les CFA et lycées pourraient envoyer leurs apprentis et formateurs sur les chantiers d’exception. Apprentissage ou professionnalisation : deux contrats pour un même objectif article sur ce blog

Où s’adresser pour suivre les formations ?

Cette association forme chaque année environ 1 000 charpentiers, 700 couvreurs et 450 tailleurs de pierre. Pour en savoir plus : Les Compagnons du Devoir et du Tour de France article sur ce blog.

  • Les lycées professionnels

Les secteurs de l’artisanat d’art et du patrimoine couvrent une grande diversité de professions : consultez le dossier les métiers de l’artisanat et du patrimoine  sur la site de l‘ONISEP ( nouvelle fenêtre).

Les FMR sont des établissements de formation par alternance, qui ont pour objectifs la formation et l’éducation des jeunes et des adultes ainsi que leur insertion sociale et professionnelle.

À La Médiathèque :

Artisant des métiers pour demain ONISEP

Pourquoi choisir un bac pro ?

Réussir autrement sa formation dans les maisons familiales rurales

 

 

Trouver un job pendant les fêtes de fin d’année

5 Déc

Vous recherchez un emploi saisonnier pour la période des fêtes ! B.R.E.F vous donne quelques pistes pour vous aider à trouver l’emploi qui correspond à vos compétences.téléchargement

Petite sélection de métiers qui recrutent pour les fêtes de fin d’année !

Pensez aux grands magasins, galeries marchandes, marchés de Noël… Ces commerces  sont en tête des recruteurs pour la période des fêtes afin de renforcer leurs équipes de vente ou d’accueil ou plus spécifiquement pour vendre les sapins de noël : hôte de caisse, emballeurs de paquets, démonstrateurs, ou  préparateur de commandes.

Vous pouvez bien-sûr faire aussi le tour des magasins de jouets pour enfants de votre région ou bien consultez les sites d’emploi de ces grandes enseignes pour connaître leurs offres. Vous pouvez également repérer les affichettes des magasins proches de chez vous et tentez votre chance dans les commerces tels que  les libraires, fleuristes, parfumeur ou magasins de décoration en y déposasapinnt votre CV, l’embauche se faisant  souvent sur place. Sachez aussi qu’entre Noël et le 1er de l’an,  les magasins de déguisements et du « tout pour la fête » recrutent aussi du personnel. Pour les retardataires, certains employeurs recherchent, juste après les fêtes, des candidats de dernière minute pour assurer leur service après-vente pris d’assaut pour les nombreux échanges !

Pourquoi ne pas animer les arbres de Noël ! La période des fêtes et vacances scolaires est l’occasion de programmer de nombreux spectacles et animations pour enfants. Si vous avez un talent artistique ou technique particulier, faites-vous connaître des compagnies théâtrales qui ont besoin de renfort.

Et vous pouvez bien-sûr voir du côté des restaurateurs, hôteliers, artisans des métiers de bouche (boulangeries, boucheries, poissonneries, traiteurs) qui ont eux aussi souvent besoin de recruter du personnel supplémentaire à cette période afin de faire face aux fortes demandes.

Pour rappel et à titre indicatif,  voici  quelques sites à consulter :

Pole-emploi (nouvelle fenêtre) ; Ouest job (nouvelle fenêtre) ; Direct emploi (nouvelle fenêtre) ; Distri Job (nouvelle fenêtre) ; Groupement d’employeurs RESO (nouvelle fenêtre) ; le Bon coin (nouvelle fenêtre) … .  Le site de l’Etudiant (nouvelle fenêtre) vous propose lui aussi plusieurs emplois dans des domaines différents allant du commis de cuisine à l’animateur commercial en passant entre autres par le responsable de séjour adapté !

Pour la plupart de ces offres, les contrats proposés sont des CDD parfois qualifiés de « CDD Noël ».

Capture

 

L’intelligence artificielle au service des RH ?

29 Nov

L’Intelligence Artificielle (IA), de plus en plus présente dans beaucoup de métiers, annonce l’entreprise 4.0 ou l’entreprise numérique de demain. De ce fait, le recrutement et la gestion du personnel changent de modèle. Les Ressources Humaines doivent désormais réussir à comprendre comment elles peuvent optimiser les recrutements, retenir les talents dans l’entreprise et permettre à l’ensemble de celle-ci de se développer. Alors comment les professionnels de ce domaine peuvent-ils tirer parti des technologies digitales, de la robotisation et de l’IA afin de réinventer et accompagner la transformation de leur métier ? B.R.E.F. s’est penché sur la question.

Entre septembre et octobre 2019, le cabinet de conseils en transformation digitale Axys Consultants (nouvelle fenêtre) a réalisé une grande enquête auprès de 128 DRH en France. Directeurs et responsables des ressources humaines ont été interrogés pour comprendre quels sont les changements que l’IA va induire dans leur fonction.

On note que l’IA a du mal à s’imposer auprès de la fonction RH : pour 55 % des DRH, ce n’est pas à l’ordre du jour contre 11 % seulement qui l’ont déjà déployée. De plus, 69 % d’entre eux estiment que l’implémentation de l’IA est en retard dans leur service par rapport aux autres départements de l’entreprise. Toutefois 75 % des DRH affirment qu’ils sont bien informés des avantages que l’IA pourrait apporter à leurs missions.

On sait que la gestion administrative des RH est indispensable mais prenante et c’est le premier domaine pour lequel les DRH estiment que l’IA est très utile et indispensable. Cela passe non seulement par une automatisation des tâches administratives telles que les paies et congés (86 %) mais aussi par une délégation aux salariés de celles qui peuvent l’être grâce à un assistant personnel (78 %). Ensuite on retrouve le recrutement avec l’amélioration du matching (entendre par là une notion de couplage) des candidats et postes à pourvoir (77 %) et les outils optimisant la GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences).

Parmi les solutions déjà mises en place, on retrouve celles qui répondent aux principales préoccupations des DRH : le recrutement via la gestion des candidatures et l’automatisation de l’administratif.

Les solutions déployées d’ici à 3 ans concerneront l’automatisation des tâches administratives (deuxième solution déployée actuellement à 28 %). Puis le recrutement, qui reste une préoccupation majeure, et les outils d’IA pour améliorer le matching candidat/poste qui se placent en deuxième position (49 %). Toujours dans l’objectif de gagner du temps, la troisième solution adoptée concernera l’analyse et la génération automatisée de documents (41 %).

L’impact de l’IA pour la fonction RH : gagner du temps, se former à la data et être vigilant sur l’éthique. L’IA permet aux RH de gagner du temps grâce à l’automatisation. Les DRH sont plutôt positifs quant à l’utilisation des nouvelles technologies (seulement 25 % ont peur qu’elle déshumanise leur métier) ; ils sont vigilants quant à sa mise en œuvre : 83 % d’entre eux s’en déclarent garants et 81 % veilleront au respect des conditions de travail et au bien-être des salariés.

Quel sera l’impact de l’IA sur l’organisation du travail et pour les collaborateurs ? Cette dernière va impliquer une montée en compétences des collaborateurs (91 %) mais en contrepartie elle va faciliter leurs tâches, leur donner plus d’autonomie (83 %) et redonner du sens au travail en supprimant les tâches répétitives grâce à l’automatisation (77 %). Concernant les qualifications attendues : pour 71 % d’entre eux, l’IA va créer de nouveaux emplois et faire disparaître les moins qualifiés. Néanmoins on peut penser qu’ils misent davantage sur la formation des salariés (à 91 %) car un peu moins de la moitié (49 %) pensent qu’il faudra recruter des profils de plus en plus qualifiés. (source: Enquête Axys Consultants IA et Ressources Humaines : Etat des lieux, prévisions et impacts sur les missions des DRH et salariés) (nouvelle fenêtre)

“Avec cette étude, nous avons voulu savoir comment les DRH appréhendaient l’IA, quel était leur degré de maturité et comment comptaient-ils l’utiliser. Force est de constater qu’ils ont pris la mesure de cette révolution.”, explique Jean-Luc Marini (nouvelle fenêtre)

À l’évidence, l’intelligence artificielle est en passe de redéfinir la relation entre humains et machines sur le lieu de travail. Pour faire face à ce changement, les managers et les responsables des ressources humaines doivent s’adapter en faisant valoir les avantages des relations humaines tout en faisant preuve d’une rigueur digne de celle des robots sur certains points.

 

 

À La Médiathèque (nouvelle fenêtre) :

        manager l'intelligence artificielle

%d blogueurs aiment cette page :